Préparation à l’accouchement : bien l’intégrer au suivi de grossesse

Publié par Dr Magalie Le Bihan, Pharmacien le 21/08/2016 - 23h29
-A +A

Visant à anticiper et gérer au mieux les difficultés physiques, émotionnelles et psychiques, les séances de préparation à l’accouchement animées par une sage-femme ou un médecin (bien que peu de médecins le proposent), représentent un moment clé du suivi de grossesse. Mais toute femme enceinte se pose la question : quelle méthode choisir pour la préparation à l’accouchement ?

PUB

Préparation à l’accouchement : se préparer à la naissance et à la parentalité

Etre enceinte, c’est se poser plein de question au quotidien et anticiper la préparation à l’accouchement. Celui-ci représente souvent un moment redouté, ce qui ne facilite pas son bon déroulement le jour J. Ainsi, grâce aux séances de préparation à la naissance, facultatives mais vivement conseillées, vous serez préparée notamment psychologiquement à contrôler et gérer la douleur et les aléas de l’accouchement. On vous expliquera ce qui va se passer dans votre corps et autour de vous le jour J : les appareils de surveillance, les différentes étapes, les différents cas de figures comme l’utilisation des forceps, l’épisiotomie ou la césarienne. Vous pourrez aussi acquérir des techniques de détente et de respiration pour faciliter la naissance. Enfin, la préparation à l’accouchement vous permet d’exprimer vos angoisses librement et d’échanger avec d’autres femmes enceintes. Il s’agit également du moment idéal de la grossesse pour impliquer le futur papa. L’idéal est de prendre contact avec une sage-femme dès que la déclaration de grossesse est faite, soit à partir du début du 4ème mois. Ainsi, malgré les délais éventuels de certains cabinets de sage-femme, vous pourrez vous informer, discuter puis planifier votre préparation à l’accouchement de manière sereine.

Les différentes méthodes de préparation à la naissance et à la parentalité (PNP)** 

Si vous attendez un bébé, surtout pour la première fois, vous vous demandez sûrement quelle est la différence entre toutes les méthodes dont vous entendez parler autour de vous.

  • Il en existe plusieurs, mais la plus connue, et la plus suivie est la préparation à l’accouchement dite « classique », comprend en premier lieu des séances théoriques durant lesquelles on vous explique de manière détaillée ce qu’il se passe le jour de l’accouchement, comment distinguer les vraies contractions et à quel moment il faut partir pour la maternité, le processus physiologique de la naissance, puis les gestes de base pour vivre avec votre bébé après la naissance. Ensuite, des séances plus pratiques vous enseignent les exercices de respiration pour contrôler le souffle et les techniques de poussée. C’est la préparation conseillée pour toute première grossesse, plus ou moins panachée avec d’autres techniques si la femme enceinte le désire.
  • Il existe ensuite deux méthodes basées sur la relaxation corporelle et la visualisation d’images positives : il s’agit de la sophrologie ou de l’hypnose. Sans oublier le yoga prénatal, très bénéfique lui-aussi pour la détente et qui peut se pratiquer tout au long de la grossesse.
  • Il y a également l’haptonomie, qui se fonde sur la communication du couple avec le bébé pour qu’il se positionne et progresse correctement au moment de l’accouchement.
  • Pour les amatrices de baignade, la préparation à l’accouchement aquatique en piscine peut être intéressante. Elle permet soit de profiter d’une préparation classique dans un cadre aquatique propice à la détente et à la relaxation (balnéothérapie), soit d’être une préparation pratique cibler sur la redynamisation de la sangle abdominale et d’augmenter sa capacité respiratoire par des exercices de gymnastique prénatale, très utile le jour J. Attention ! Dans les deux cas, il ne s’agit pas du tout de préparer un accouchement dans l’eau qui reste très marginal en France, mais bien de profiter des bienfaits de l’élément pour se préparer au travail et à l’accouchement d’une manière ludique et dynamique.
  • Enfin, le chant prénatal permet de discipliner sa respiration, encore une fois dans le but de mieux gérer les contractions et la douleur le jour de l’accouchement.

Publié par Dr Magalie Le Bihan, Pharmacien le 21/08/2016 - 23h29

D’après un entretien avec Nicolas Dutriaux, Sage-Femme libérale (Herblay) et secrétaire du Collège National des Sages-Femmes de France.

* Libre à chacun de tout faire ou de n’en faire que un ou deux 

** La PNP remplace désormais la PPO (devenue en effet plus un terme générique pour désigner la préparation « classique »). Les séances de PNP ne visent pas qu’à cibler le travail et l’accouchement mais bien à répondre aux « besoins d’information des futurs parent » définies lors de l’EPP, ainsi qu’à leur apporter « les compétences parentales » nécessaires à l’accueil de leur enfant. 

Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Accouchement dans l'eau: pour qui, pourquoi? Mis à jour le 20/12/2010 - 01h00

Certaines futures mamans, qui désirent renouer avec un accouchement moins médicalisé, optent aujourd'hui pour l' accouchement dans l'eau . Un accouchement sans péridurale, mais dont la douleur est atténuée par les vertus du milieu aquatique.

Plus d'articles