Pompe à insuline pour le diabète: finies les piqures à heure fixe !

Mise à jour par Stéphanie Koplowicz, Journaliste Santé le 22/11/2012 - 20h51
-A +A

En délivrant de l'insuline sous la peau de façon continue, la pompe à insuline reproduit le fonctionnement du pancréas.

Ce dispositif permet aussi de délivrer ponctuellement des rajouts d'insuline selon les besoins (repas, activités physiques...). Ce traitement s'adresse essentiellement aux personnes atteintes de diabète de type 1, maladie apparaissant le plus souvent chez des enfants.

PUB

Diabète de type 1 ou de type 2? Quelles différences?

Les diabétiques ont un taux de sucre dans le sang trop élevé (soit une glycémie supérieure à 1,26 g/l).

C'est le cas lorsque l'insuline, hormone chargée de gérer l'utilisation du sucre par les cellules, n'est pas sécrétée en quantité suffisante par le pancréas. On parle alors de diabète insulino-dépendant ou diabète de type 1.
C'est le cas pour 10% des diabétiques. Le traitement repose sur l'administration d'insuline (le plus souvent par des injections).

Toutefois, il faut savoir que la très grande majorité des diabétiques (90% des diabétiques) sont atteints d'un diabète de type 2 ou non insulino-dépendant.

Cette fois-ci, l'insuline est sécrétée en quantité suffisante, mais elle manque d'efficacité pour réguler le taux de sucre dans le sang. Le surpoids, la sédentarité et le syndrome métabolique constituent des facteurs de risque.

Le traitement du diabète de type 2 repose alors essentiellement sur un régime alimentaire approprié et sur la prise de médicaments antidiabétiques par voie orale. Les injections d'insuline sont utilisées en dernier recours.

 

Le diabète au quotidien

Les diabétiques doivent continuellement surveiller leur glycémie afin de la maintenir dans des valeurs moyennes normales et d'éviter les hypoglycémies. Or de nombreuses situations font varier la glycémie, comme les repas et l'activité physique.

Les diabétiques de type 1 doivent aussi veiller à avoir une quantité suffisante d'insuline basale, c'est-à-dire en dehors des fluctuations. ils ont donc recours à de fréquentes injections d'insuline, à moins de pouvoir utiliser une pompe à insuline.

Initialement publié par Isabelle Eustache, journaliste Santé le 14/06/2010 - 00h00 et mis à jour par Stéphanie Koplowicz, Journaliste Santé le 22/11/2012 - 20h51

Association française des diabétiques, www.eclairersurlapompe.fr.

Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Diabète de type 2 : l'insuline inhalée est efficace Mis à jour le 15/08/2006 - 00h00

L'équilibre glycémique est essentiel dans le traitement du diabète de type 2 non insulino-dépendant. En cas d'échec, si les antidiabétiques oraux s'avèrent insuffisants, il est nécessaire de recourir à des injections sous-cutanées d'insuline. Face à...

Une nouvelle insuline ayant un effet plus prévisible Mis à jour le 08/11/2005 - 00h00

1 Belge sur 20 est atteint de diabète . Tôt ou tard, la majorité de ces personnes aura besoin d'un traitement à l'insuline. Depuis le 1er novembre, l'insuline détémir est disponible et remboursée dans notre pays pour les personnes atteintes de diabèt...

Plus d'articles