La polio, c'est fini... mais...

Publié par Pierre Dewaele, journaliste médical et scientifique le 29/10/2002 - 00h00
-A +A

Jamais, il y a encore 20 ans, on n'aurait cru pouvoir dire que la poliomyélite aurait été éradiquée chez nous en Europe. Et pourtant à en croire les spécialistes, c'est le cas. Mais ce n'est pas pour autant qu'il faut négliger la vaccination.

PUB
SOMMAIRE

Après la variole, une maladie depuis longtemps oubliée sur notre continent, la poliomyélite a fini par disparaître. Il s'agit d'une véritable victoire sur un virus qui a fait des dizaines de millions de victimes et, parmi elles, des millions de morts. Cependant depuis 1998, nous n'avons plus enregistré aucun cas de polio. Le dernier connu étai un petit garcon en Turquie orientale, âgé de 2 ans. Il a contracté la maladie à 2 ans avant d'avoir été vacciné et est, malheureusement, resté paralysé.

A l'importation

On parle bien ici uniquement des cas maladies contractées chez nous car les cas importés par les migrants continuent de sévir. En effet, l'année dernière plusieurs cas importés ont été découverts chez des gens du voyage : tous provenant d'Inde, où la maladie est encore endémique. La vaccination contre la polio reste donc une nécessité pour plusieurs raisons :

  • Elle protège celui qui la recoit
  • Elle permet d'étendre la couverture vaccinale à une grande partie de la population
  • Ce faisant, cette couverture assure une protection pour les personnes non vaccinées
  • Plus important encore, une vaccination généralisée permet de limiter la circulation du virus lors de son importation accidentelle
Pour arriver à ce résultat, 51 pays ont collaboré et ont participé à une campagne de vaccination massive. Cela ne concernait pas que l'Europe puisque la région méditerranéenne y a participé également dans la mesure où la polio est endémique dans ces contrées. En tout entre 1995 et 1998, 60 millions d'enfants de moins de 5 ans ont recu deux doses de vaccin.L'éradication de la maladie dans une région est quant à elle une victoire à plus d'un titre. Elle signifie que la pression de la maladie et de ses dramatiques conséquences sera moins forte. De plus, cela signifie que l'éradication est possible et qu'elle pourrait s'appliquer à d'autres continents. A quoi pourrait-il bien servir de la faire disparaître en Europe si le reste du monde est touché ?
Rappelons qu'en Belgique, il s'agit de la seule vaccination rendue obligatoire par la loi. Le schéma de vaccination a d'ailleurs changé puisqu'il s'agit d'un vaccin injectable en 5 doses à 2, 3, 4, 13-14 mois et un rappel à 6 ans.
Publié par Pierre Dewaele, journaliste médical et scientifique le 29/10/2002 - 00h00 Organisation Mondiale de la Santé
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Le check-up vaccins : ma protection là-bas et ... ici (fin) Mis à jour le 03/04/2007 - 00h00

Si vous prévoyez un voyage à l'étranger (grosso modo en dehors de l'Europe occidentale), consultez votre médecin généraliste ou rendez-vous dans une travel clinic un mois et demi avant votre départ. Ceux-ci feront les rappels de vaccination nécessair...

La coqueluche : le retour ? Mis à jour le 01/04/2002 - 00h00

Depuis 1997, la coqueluche est en augmentation dans tous les pays européens. Dans certains cas, il s'agit d'une véritable épidémie comme aux Pays-Bas, chez nous la hausse est plus faible mais assez significative pour que les spécialistes en viennent...

1 Vaccin, 6 protections Mis à jour le 26/11/2002 - 00h00

Le développement de nouveaux vaccins ne signifie pas seulement augmenter le pôle de maladies que l'on peut prévenir mais aussi la sécurité et le confort du patient. L'arrivée d'un vaccin contre 6 maladies est une bonne nouvelle…

Plus d'articles