Pilule et risque cardiovasculaire : le point

Mise à jour par Isabelle Eustache le 18/10/2005 - 00h00
-A +A

La pilule augmente le risque de phlébite.
Certes, très légèrement, mais suffisamment pour que la contraception orale estroprogestative soit contre-indiquée chez les femmes qui présentent déjà un risque cardiovasculaire.

Petit rappel des contre-indications de la contraception orale par estroprogestatifs.

PUB

Toutes les pilules estroprogestatives augmentent légèrement le risque de phlébite

Toutes les pilules contraceptives combinées, c’est-à-dire associant les deux hormones estrogènes et progestérone, sont associées à un risque de thrombose veineuse.

Également appelée phlébite, la thrombose veineuse correspond à la formation d’un caillot sanguin dans une veine. Ce caillot peut entraver la circulation sanguine et favoriser l’apparition de varices. Bien plus grave, le caillot peut migrer dans la circulation puis boucher une artère pulmonaire et provoquer une embolie pulmonaire.

Toutefois, les risques de phlébite associés à la pilule sont très faibles et les complications graves sont très rares.

Le risque de thrombose veineuse profonde est plus élevé avec les pilules de dernière génération

Il faut également savoir que les risques de thrombose veineuse varient selon le type de pilules.
Il est ainsi deux fois plus faible avec les pilules de 2e génération qu’avec les pilules de 3e et 4e génération, mais reste inférieur au risque chez la femme enceinte. En effet, la grossesse représente aussi une situation bien connue à risque accru de phlébite.

À titre d’exemple, le risque d’accident thromboembolique veineux est de :

  • 60 cas pour 100.000 femmes enceintes.
  • 40 cas pour 100.000 femmes sous pilule de 3e ou 4e génération.
  • 20 cas pour 100.000 femmes sous pilule de 1ère ou 2e génération.
  • 5 à 10 cas pour 100.000 femmes ne prenant pas la pilule.

Autrement dit, les risques restent faibles, même avec les pilules de dernière génération et ils sont surtout présents lors de la première année d’utilisation du contraceptif.

Initialement publié par Isabelle Eustache le 28/04/2014 - 01h00 et mis à jour par Isabelle Eustache le 18/10/2005 - 00h00

British Medical Journal (BMJ) du 26 octobre 2011. Point d’information de l’Afssaps, du 14 novembre 2011, « Contraceptifs oraux estroprogestatifs et risque de thrombose veineuse ». Haute Autorité de Santé (HAS), juillet 2013, http://www.has-sante.fr/portail/jcms/c_1638478/fr/contraception-chez-la-femme-a-risque-cardiovasculaire-fiche-memo. Fiche mémo : http://www.has-sante.fr/portail/upload/docs/application/pdf/2013-09/13e_version_contraception_cardiop1-220713.pdf.

Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Pilule et thrombose veineuse: qu’en est-il? Mis à jour le 13/01/2012 - 16h08

Même si ce risque est très faible, les pilules sont associées à un risque de thrombose veineuse . Il semblerait que les pilules de dernières générations sont plus à risque que celles de 2 e génération. Qu’en est-il exactement? Le point sur la contrac...

Plus d'articles