Phlébite en avion : l'immobilité n'explique pas tout

Mise à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 18/08/2017 - 10h30
-A +A

Il est admis que l'immobilité est la cause de phlébite survenant lors de voyage en avion. Mais elle n'est pas seule en cause... Explications.

PUB

Impact de l'avion sur les jambes

On peut dire que le Pr Schreijer (Pays-Bas) est un vrai détective, car pour étudier l'impact de l'avion sur les jambes, il n'a pas hésité à louer un Boeing 757 pour un vol de 8 heures embarquant 71 passagers ! Deux semaines plus tard, il leur donnait rendez-vous pour une projection cinématographique de 8 heures ! Il a ainsi pu comparer l'effet de la position assise prolongée avec ou sans transport aérien.

Pour analyser l'impact de ces deux situations sur la coagulation sanguine, à l'origine des phlébites, il a mesuré dans le sang un paramètre directement lié à la formation des caillots : le complexe thrombine-antithrombine (TAT). Il a effectué cette mesure avant, pendant et après les expérimentations. Il a répété les mêmes mesures deux semaines plus tard, au cours d'une journée normale.

Pour éviter les effets parasites, il n'a sélectionné que des personnes n'ayant pas peur en avion et il leur a demandé de boire en abondance au cours du vol : stress et déshydratation étaient ainsi éliminés. L'alcool et le tabac étaient prohibés.

Six fois plus de troubles de la coagulation en vol qu'en position assise prolongée à terre.

Résultats ? L'augmentation en TAT a été très forte chez 17% des volontaires après le vol, chez 3% d'entre eux après le cinéma et chez 1% à l'issue de la journée normale.

Conclusion ? L'immobilité n'est pas de la cause première de l'augmentation des phlébites observées en avion. La cause majeure semble plutôt être « l'hypoxie hypobarique », c'est-à-dire la plus faible teneur en oxygène de l'air dans la cabine, elle-même sous une moindre pression.

En pratique, il est important de faire le nécessaire quand on est soi-même à risque de faire une phlébite en avion, c'est-à-dire quand on a des jambes lourdes, des varices, un antécédent de phlébite ou que l'on prend une pilule contraceptive. Dans ces cas-là, il faut :

  • porter des chaussettes ou bas de contention qui favorisent le retour veineux,
  • se lever régulièrement et marcher pendant le vol,
  • en position assise, réaliser souvent de petits mouvements des jambes,
  • boire suffisamment d'eau.
Initialement publié par Dr Philippe Presles, adapté par C. De Kock, journaliste santé le 04/04/2006 - 00h00 et mis à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 18/08/2017 - 10h30

Schreijer AJM et al. Activation of coagulation system during air travel: a crossover study. The Lancet 2006; 367:832-838.

Notez cet article
PUB
A lire aussi
Les cardiaques peuvent aussi prendre l'avion Publié le 11/07/2017 - 17h13

Est-il des risques particuliers de prendre l'avion lorsque l'on est atteint d'une maladie cardiaque ? Il existe effectivement des risques spécifiques. Les connaître permet de les prévenir en appliquant certaines règles simples de prévention.

Risque-t-on une maladie infectieuse en avion ? Mis à jour le 05/04/2005 - 00h00

A propos des voyages aériens, on parle souvent de phlébite et de bas de contention. Mais qu'en est-il des risques de transmission de maladies infectieuses ? Va-t-on systématiquement attraper le rhume dont souffre la personne assise au 5e rang, et qui...

Jambes douloureuses? Tous les conseils Mis à jour le 11/03/2008 - 00h00

Un adulte sur huit souffre d'insuffisance veineuse ou de troubles qui y sont liés. Cela se manifeste particulièrement dans les membres inférieurs. Les jambes sont d'abord lourdes et douloureuses, mais au bout d'un certain temps les complications, et...

Plus d'articles