Performance du sportif : c’est dans les gènes ?

Mise à jour par Hélène Joubert, journaliste scientifique le 16/08/2016 - 12h41
-A +A

"Nul" en sport ? C’est en partie à cause de vos gènes. Car la volonté et l’entraînement ne font pas tout. A la base de la performance des sportifs, il y a un environnement favorable mais aussi une prédisposition génétique. Mais chez les sportifs de haut niveau comme les amateurs, l’effort reste payant pour s’améliorer.

PUB

Performance des sportifs : le coup de pouce de la génétique

Tout le monde ne peut pas devenir un champion, même en appliquant la controversée "théorie des 10 000 heures", le nombre magique d’heures d’entraînement pour devenir très performant dans une discipline.

Qu’est-ce qui fait le champion ? La chance, la technique, l’entraînement, le talent naturel ? Impossible de départager ces facteurs, tous sont essentiels. Néanmoins, la génétique compte pour une part non négligeable dans la performance pure des sportifs. Les scientifiques ont déjà identifié des gènes susceptibles d’améliorer les performances sportives. L’un des exemples les plus célèbres est le récepteur cellulaire de l’Epo (érythropoïétine) où une mutation permet une production de globules rouges supérieure à la moyenne. Ce meilleur apport d’oxygène au niveau du muscle permet aux athlètes d’être plus endurants.

Une autre mutation génétique rare du gène de la myostatine (un facteur de croissance qui limite la croissance des tissus musculaires) permet une musculature hors-norme.

Concernant la stature, essentielle dans bien des sports dont le basket, 80% des différences de tailles seraient attribuables à la génétique et 20% à l’environnement.

La génétique joue aussi dans la longueur du talon d’Achille, ce qui fait toute la différence dans le saut en hauteur. Elle intervient au niveau d’une morphologique favorable dans la natation avec un rapport masse grasse/masse musculaire optimal qui permet de "flotter" et ainsi de moins dépenser d’énergie pour se maintenir à la surface. A l'inverse, les athlètes très denses au niveau musculaire sont défavorisés, notamment sur les longues distances. 

La performance du sportif, souvent sous le contrôle d’un ensemble de gènes

En règle générale, un seul gène est rarement impliqué. Il s’agit plutôt d’un ensemble complexe de gènes, qui, dans un environnement particulier, avec une alimentation particulière et un entraînement adapté vont faire du sportif un champion. Mais l’accès au podium est aussi conditionné par l’entraînement précoce, le travail de coordination, la technique, la tactique etc. Un fait est certain : à génétique favorable, l’entraînement fera toute la différence.

« Pour un même gène, il existe des variantes (polymorphismes) entre les individus » explique le Pr Olivier Hermine, chercheur au Département d’hématologie clinique de l'Hôpital Necker à Paris. « Par exemple, des gènes qui gèrent la capacité du muscle à se contracter seront différents selon les sportifs. Des variantes de ce même gène permettront des efforts courts et intenses alors que d’autres favoriseront les efforts longs et peu intenses. C’est pourquoi certains excellent au marathon et d’autres au "100 mètres" ».

Initialement publié par Hélène Joubert, journaliste scientifique le 03/08/2016 - 15h16 et mis à jour par Hélène Joubert, journaliste scientifique le 16/08/2016 - 12h41

*Hermine O. et al HFE mutations associated with High level sport performance Biochimie 2015

D’après un entretien avec le Pr Olivier Hermine, chercheur Département d’hématologie clinique (Necker), INSERM U 1163 / CNRS ERL 8254 (Paris).

Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
Luckyluc

"une production de globules rouges supérieure à la moyenne ?"
Ignorez vous la publicité des eaux d'Evian dans las années 1970 : "allez vivre à 3000 mètres ou buvez beaucoup d'eau d'Evian".
Comme je ne bois que de la Badoit, je suis à Tignes à 2100 m. d'altitude depuis une semaine et je gravi un ou deux sommet de plus de 3000 mètres par jour.
Dimanche 14 Août : l'aiguille de la Grande Sassière. (3747 m.)
Lundi 15 Aout : la Pointe de la Sana (3436 m.)
Mardi 16 Août : la Pointe de Méan Martin (3330 m.)
Mercredi 17 Août : la Pointe des Fours (3072 m.) et le Pélaou Blanc (3135 m.)
Aujourd'hui Jeudi 18 Août : il pleut.
Mais demain, le beau temps revient.
J'ai 69 ans le 23 septembre prochain.
Alors, gènes ou entrainement ?

PUB
A lire aussi
Athlètes : attention au risque de mort subite Mis à jour le 08/11/2005 - 00h00

La pratique d'un sport en compétition peut augmenter le risque de mort subite. Ce sur-risque n'est le plus souvent pas imputable au sport lui-même, mais découle d'une pathologie cardiaque sous-jacente. Pour pallier cet inconvénient majeur, les athlèt...

Des antioxydants pour courir plus vite ? Mis à jour le 03/02/2004 - 00h00

La carence en antioxydants est une notion bien connue dans les vestiaires sportifs, mais la supplémentation n'améliore pas forcément la performance… Tout dépend de la charge d'entraînement et de la qualité de l'alimentation.

Bien s'alimenter : une règle pour la sportive ! Mis à jour le 13/01/2002 - 00h00

Nombre d'athlètes féminines suivant des programmes d'entraînement intensif souffrent de troubles des règles. Il semblerait qu'une alimentation insuffisante, ne permettant pas de compenser les dépenses physiques, soit en cause.

Quels compléments alimentaires pour les sportifs ? Publié le 02/11/2016 - 11h45

Si vous faites du sport régulièrement, vous avez peut-être déjà été tenté(e) par des compléments alimentaires destinés à améliorer les performances sportives. Serge Pieters, diététicien spécialisé dans le sport, nous en dit plus.

Plus d'articles