Le patch contraceptif, une bonne alternative à la pilule

Mise à jour par Isabelle Eustache le 02/10/2014 - 15h41
-A +A

Depuis une dizaine d’années, le patch contraceptif représente une alternative avantageuse à la pilule.

Fini la contrainte d'avaler sa pilule tous les jours puisqu'il suffit d'appliquer ce patch sur sa peau et de le remplacer chaque semaine.

Fiable, le patch contraceptif est aussi bien toléré.

PUB

Avec le patch contraceptif, fini la routine quotidienne

Le patch contraceptif hebdomadaire se présente sous la forme d'un carré de 4,5cm de côté.
Très fin et de couleur chair, il diffuse durant toute une semaine de l’œstradiol et un progestatif, soit les mêmes hormones contraceptives apportées par la classique pilule à prendre quotidiennement.

Les taux diffusés sont fiables et stables, même en conditions particulières : sport, sauna, piscine… De même, sa bonne adhésivité sur la peau a été testée dans des conditions de chaleur et d'humidité élevées, lors de pratiques sportives intenses et aquatiques.

L'efficacité contraceptive du patch est comparable à celle de la pilule et notamment à celle des pilules de 3e génération. Le poids n'est pas modifié (prise de 0,4kg en moyenne). Des tensions mammaires modérées et transitoires peuvent survenir, surtout en début de traitement (chez 22% des femmes). Des réactions cutanées ont été observées chez 17% des femmes, mais elles sont restées légères à modérées, ne justifiant l'arrêt du traitement que dans 1,9% des cas.

Les études comparant la contraception orale et celle offerte par le patch ont montré que ce dernier s'accompagne d'une meilleure observance, particulièrement chez les moins de 20 ans. En effet dans cette catégorie d'âge, l'observance est de 68% avec la pilule et de 88% avec le patch.

Quelques précisions pratiques sur le patch contraceptif

Un cycle = 3 patchs à changer toutes les semaines ; pas de patch la 4e semaine.

Le patch contraceptif peut être appliqué sur n'importe quel endroit du corps (épaule, dos, ventre, cuisse…), excepté sur les seins.

Initialement publié par Isabelle Eustache le 06/10/2014 - 15h41 et mis à jour par Isabelle Eustache le 02/10/2014 - 15h41

Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (Inpes), choisirsacontraception.fr. Haute autorité de santé (HAS), fiche mémo, Contraception estroprogestative transdermique ou vaginale, décembre 2013.

Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Un contraceptif sans les effets secondaires de la pilule? Mis à jour le 13/11/2007 - 00h00

Plutôt que d'agir sur le cycle hormonal féminin, ce nouveau contraceptif cible un gène qui contrôle la fertilité. Ce fonctionnement novateur va-t-il détrôner la "bonne vieille" pilule , qui existe depuis près de 60 ans? Une équipe de chercheurs de Bo...

La contraception, en perpétuel progrès Mis à jour le 06/04/2007 - 00h00

Depuis quelques années, la contraception a beaucoup évolué. Mais les idées fausses qui circulent peuvent empêcher un couple d'accéder à la contraception qui leur conviendrait vraiment. Alors tenez-vous informé pour choisir la contraception la mieux a...

Les nouveaux horizons de la contraception Mis à jour le 02/11/2009 - 00h00

Depuis le début des années 2000, différentes méthodes contraceptives très performantes ont envahi le marché et commencé à concurrencer la sacro-sainte pilule et le traditionnel stérilet. Si aucune d'entre elles n'est parfaite, le message est à présen...

Connaissez-vous l'efficacité des contraceptions ? Mis à jour le 03/10/2006 - 00h00

L'efficacité est un des premiers critères de choix d'une contraception . C'est pourquoi il est utile de les connaître toutes pour faire un choix éclairé. Cela peut aussi servir à aider d'autres femmes, qu'il s'agisse d'une toute jeune fille, d'une sŒ...

Plus d'articles