Le patch antidouleur : trop souvent mal employé

Mise à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 27/03/2015 - 17h33
-A +A

Le patch antidouleur, en théorie, est une solution parfaite. Il délivre une dose continue de médicaments contre la douleur, la plupart du temps des opiacés, pour que le patient ait une vie plus confortable sans devoir se préoccuper de prendre des médicaments. Mais dans la réalité, les choses sont plus compliquées...

PUB

Le patch antidouleur n'est pas sans risques

En 2008, le docteur Jacky Botterman de l'AZ Sint-Lucas de Gand a étudié pendant une période de trois ans 460 patients admis dans le centre palliatif de l'hôpital. Il a ainsi constaté que les patients dont le traitement avait été administré via un patch transdermique ou patch antidouleur recevaient d'une manière générale des doses beaucoup plus élevées que les patients chez lesquels on avait initié un traitement à la morphine par une autre voie. Dans près de la moitié des cas, la dose était inadaptée et dangereuse. Cette overdose était souvent la conséquence d'un manque de connaissances du patient et du médecin traitant.

Les patches antidouleur ont clairement gagné leur place dans la lutte contre la douleur. Dans le cadre de soins palliatifs, ils permettent notamment de maîtriser la douleur chez des patients qui ne peuvent plus avaier. Mais ils ne sont pas sans risques. Même s'il est difficile de comparer les doses entre différents modes d'administration, il est plus difficile de contrôler les doses données par patch qu'oralement. C'est pour cela que leurs indications sont aujourd'hui nettement plus limitées, à des douleurs chroniques et stables.

Les patches antidouleur sont moins flexibles

En effet, le patch antidouleur offre moins de flexibilité au médecin pour adapter la dose aux besoins du patient. Comme la prise est plus lente, le médecin peut intervenir moins vite. Après l'enlèvement du patch, il faut quelques heures voire plusieurs jours pour que toutes les concentrations se retrouvent au niveau original. Une administration orale est plus conviviale et plus simple. En plus elle n'entraîne pas de difficulté de pose, ni de risque d'irritation de la peau...

Initialement publié par Pieter Segaert, journaliste santé le 12/11/2008 - 00h00 et mis à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 27/03/2015 - 17h33

dr Bernard le Polain de Waroux, Cliniques Saint-Luc

Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
statistica

Cet avertissement n'a pas de sens dans la mesure où il ne précise pas de quel mode d'action il s'agit (chaleur, ou anti-inflammatoire), et surtout de quel risque il s'agit.

PUB
A lire aussi
Antidouleurs: quelle dose pouvez-vous prendre en automédication? Publié le 14/05/2012 - 18h00

Seuls quelques antidouleurs sont en vente libre (sans prescription médicale) en pharmacie. Quelle dose maximum de paracétamol, d'aspirine ou d’anti-inflammatoires (ibuprofène), pouvez-vous prendre en cas de douleur et de fièvre sans devoir à nouveau...

Congeler la tumeur pour soulager la douleur Mis à jour le 07/06/2005 - 00h00

La cryoablation ne guérit pas le cancer, mais permet toutefois de soulager les douleurs insupportables qu'endurent les patients cancéreux en phase terminale quand les traitements traditionnels ne font plus d'effet.

Cannabis: d'euphorisant à médicament Mis à jour le 16/12/2003 - 00h00

Le joint et la tasse de thé de cannabis font une entrée de plus en plus remarquée dans l'arsenal thérapeutique du médecin. Euphorisant subversif au XXe siècle, le cannabis est devenu un médicament reconnu en ce XXIe siècle.

Les femmes: plus sensibles à la douleur ? Mis à jour le 29/11/2005 - 00h00

Chez les femmes, le seuil de tolérance à la douleur est inférieur à celui des hommes. Ce phénomène vient d'être confirmé par des chercheurs montrant que les femmes possèdent un plus grand nombre de récepteurs cutanés, leur conférant une sensibilité a...

Plus d'articles