Parkinson et tabac : arrêter facilement de fumer, un marqueur précoce de la maladie de Parkinson

Mise à jour par Isabelle Eustache, journaliste Santé le 11/02/2015 - 11h22
-A +A

Certaines constatations ont amené des chercheurs à émettre l’hypothèse suivante : les personnes qui ont du mal à arrêter de fumer sont moins à risque de développer une maladie de Parkinson, et inversement. Ainsi, la facilité avec laquelle un fumeur arrête le tabac pourrait représenter un marqueur précoce de la maladie de Parkinson.

PUB

Tabac et maladie de Parkinson : une étrange relation

Des études antérieures ont déjà souligné une relation entre le tabagisme et le risque de maladie de Parkinson. Selon certaines, le tabac pourrait même exercer un effet protecteur vis-à-vis de cette maladie neurologique. Il ne faut pas pour autant encourager le tabagisme sous prétexte de se prémunir de cette pathologie. D’autres encore sont arrivées à la constatation qu’il y a proportionnellement moins de fumeurs parmi les patients parkinsoniens que dans la population générale.

Aujourd’hui, des chercheurs émettent une hypothèse plus utile pointue/fine : les conditions de sevrage pourraient refléter précocement le risque ultérieur de souffrir de Parkinson.

Or plus le dépistage de cette maladie est précoce, plus les traitements se révèlent efficaces…

Moins de fumeurs parmi les parkinsoniens

 Au cours de cette étude, près de 3.700 personnes, dont la moitié atteinte de la maladie de Parkinson, ont été interrogées. Voici les trois principales conclusions :

  1. Les parkinsoniens sont moins souvent fumeurs que les sujets indemnes de cette pathologie, ce qui confirme les résultats antérieurs.
  2. Les anciens fumeurs pour qui le sevrage a été difficile ont moins de risque de développer une maladie de Parkinson. Inversement, le risque d’être atteint est plus élevé chez ceux qui ont arrêté le tabac relativement facilement.
  3. Enfin, les fumeurs qui utilisaient des substituts nicotiniques (indice reflétant les difficultés rencontrées lors du sevrage) étaient moins susceptibles d’être atteints de Parkinson.

En conclusion, arrêter de fumer aisément pourrait représenter un marqueur précoce de la maladie de Parkinson.

Initialement publié par Isabelle Eustache, journaliste Santé le 23/02/2015 - 11h22 et mis à jour par Isabelle Eustache, journaliste Santé le 11/02/2015 - 11h22

Ritz B. et al., Neurology, 2014; 83: 1396-402. doi: 10.1212/WNL.0000000000000879. Schrag A. et al., Lancet Neurol., 2014; 14 : 57-64.

Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Maladie de Parkinson : le tabac, protecteur ou non ? Publié le 28/11/2014 - 11h57

Les méfaits du tabac pour la santé ne sont plus à démontrer. Pourtant, dans un domaine bien spécifique qui est celui de la maladie de Parkinson, il semble avoir un effet protecteur. Mais attention, le message ne doit pas être "fumez, c'est bon pour l...

Le sport au secours de Parkinson Publié le 16/04/2013 - 13h59

Pendant longtemps, on a cru que sport et Parkinson ne faisaient pas bon ménage. Les médecins avaient plutôt tendance à mettre leurs patients en garde contre toute fatigue inutile. Aujourd'hui, les personnes atteintes de la maladie de Parkinson sont d...

Plus d'articles