Opération chirurgicale : on peut encore raccourcir la convalescence

Publié par Isabelle Eustache, journaliste Santé le 12/10/2016 - 15h54
-A +A

Depuis une vingtaine d’années déjà, des expérimentations sont menées dans différents pays afin d’améliorer et de raccourcir la convalescence des patients venant de subir une lourde opération chirurgicale

PUB

Améliorer la convalescence après une opération chirurgicale lourde

De tels programmes « permettaient de réduire d’environ 4,5 jours la durée moyenne de séjour pour une chirurgie colorectale (11 jours contre 15,5) et de 3 jours pour une opération de la hanche et du genou (6 jours contre 9) ». Partant du principe que la qualité et la durée de la convalescence ne dépendent pas uniquement de la complexité de l’acte chirurgical, les programmes visent à faciliter la récupération, s’appuient sur tous les autres facteurs susceptibles d’influencer l’opération chirurgicale et l’après-opération : la douleur, la fatigue, le stress, la dénutrition, les sondes et les drains, l’immobilisation, etc.

Les 3 étapes clés d’une opération chirurgicale à convalescence courte

Avant l’opération chirurgicale
Préparer le patient physiquement et psychologiquement au décours d’une consultation spécialisée préopératoire : s’assurer que le patient a bien compris les différentes étapes de son opération, anticiper les soins après le retour au domicile, améliorer la condition physique (activité physique, correction des carences, aide au sevrage tabagique ou alcoolique…), réduire au maximum le jeûne préopératoire, limiter les anxiolytiques préopératoires.

Pendant l’opération 
Adapter l’anesthésie, privilégier les techniques chirurgicales les moins invasives, limiter les sondes et les drains, prévenir la déshydratation, l’hypothermie, les nausées, les vomissements…

Après l’opération
Favoriser et stimuler l’autonomie du patient : se lever et se réalimenter le plus tôt possible, privilégier des associations d’antidouleurs sans morphine, retour rapide à domicile dans les meilleures conditions de soins et de suivi.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste Santé le 12/10/2016 - 15h54

Communiqué de presse de la HAS, Chirurgies lourdes : opérer autrement pour améliorer et raccourcir la convalescence, 3 octobre 2016, http://www.has-sante.fr/portail/jcms/c_2672290/fr/chirurgies-lourdes-operer-autrement-pour-ameliorer-et-raccourcir-la-convalescence

Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Les hôpitaux expérimentés ont de meilleurs résultats Mis à jour le 11/09/2009 - 00h00

Certains hôpitaux sont meilleurs que d'autres dans l'exécution de certaines opérations . Les chirurgiens et les hôpitaux qui pratiquent souvent une intervention déterminée obtiennent de meilleurs résultats. Le lien entre l'expérience et l'issue de l'...

Ne pas fumer avant une opération réduit les complications Mis à jour le 14/12/2001 - 00h00

On ne cessera de le répéter : le tabagisme n'a rien de bon. Voici une preuve supplémentaire de ses effets néfastes sur la santé. Une étude japonaise démontre qu'après une opération, les complications sont moindres si l'on a arrêté de fumer au moins u...

La sophrologie pour mieux vivre le cancer Publié le 12/10/2016 - 09h22

Dans le cancer, le traitement de chimiothérapie est le plus souvent lourd, long et fatigant. Autant de situations anxiogènes et sources de stress qui peuvent être améliorées par la sophrologie . Plusieurs services de cancérologie proposent des séance...

Plus d'articles