Une obligation peut aussi devenir un plaisir!

Publié par Dr Catherine Solano, adapté par Marion Garteiser le 19/08/2008 - 00h00
-A +A

Il faut faire ceci, je dois faire cela... Ces phrases sont habituelles dans notre dialogue intérieur. Une manière de nous mettre la pression, parfois efficace, mais souvent aussi étouffante. Ce sont ces devoirs qui font que notre vie nous paraît parfois écrasante, trop difficile. Et si, en changeant de point de vue, nous pouvions en faire des plaisirs?

PUB

Remplacer le devoir par une motivation

Quand Odette se dit: "Je dois faire mon repassage", que se passe-t-il? Personne ne l'oblige à repasser, sinon elle-même. Et si cette obligation lui pèse, elle pourrait très bien s'en alléger: remettre le repassage à demain, renoncer à un autre poste de dépense pour se payer une heure de repassage par semaine, ou limiter sa garde-robe à des vêtements qui n'ont pas besoin d'être repassés. Il est donc légitime de remplacer "Je dois…" par "J'ai envie de…"
Quelle pourrait être cette phrase? "J'ai envie de me sentir bien dans mon joli chemisier donc je le repasse." Ou bien "j'ai envie d'avoir toute ma soirée disponible, alors je repasse maintenant"…

L'intérêt de cette manoeuvre, c'est que vous allez trouver votre motivation profonde. Vous saurez enfin pourquoi vous vous imposez quelque chose. Et lorsque vous le saurez, vous déciderez soit de continuer votre tâche, soit qu'elle n'a aucun intérêt. Quand vous pensez : "J'ai envie d'arriver à l'heure à mon travail pour parler avec mes collègues avant de commencer ma journée", vous vous sentez plus heureux, plus joyeux que si vous pensez "Je dois partir pour ne pas être en retard"…

Le parent intérieur

Ce petit exercice mental vous permet de disposer de beaucoup plus d'énergie pour réaliser les tâches que vous choisissez vraiment de réaliser. Et il passe aussi au tamis les tâches que vous vous imposez sans raison valable. Pourquoi peut-on en arriver à s'imposer des actes dont on n'a pas réellement envie? C'est que nous possédons une sorte de "parent intérieur", un juge, un maître qui est la résultante de toutes les obligations que l'on nous a imposées au cours de notre vie. Nous avons repris à notre compte ces obligations sans décider souvent si réellement nous avions envie de les adopter. Et nous n'en avons même plus conscience. Alors vous avez certainement des injonctions intérieures qui n'ont aucun intérêt. L'idéal est de savoir prendre du recul et les remettre en question.
Isabelle a appris par ses parents qu'"il faut toujours finir quelque chose avant d'en commencer une autre…" Et elle le faisait jusqu'à s'apercevoir qu'elle était plus efficace en menant plusieurs tâches de front!

Alors, prenez de la liberté avec vos devoirs, remettez-les en question et remplacez-les par vos désirs. Vous observerez que vous vous sentirez à la fois plus libre et plus heureux. Et puis apprenez à vos enfants à agir en pensant au plaisir: le plaisir de réussir un examen, le plaisir d'apprendre, le plaisir de découvrir, le plaisir de mener à bien une tâche. Ne les écrasez pas sous des devoirs qui ne les intéressent pas, vous finiriez par les rendre allergiques.

Publié par Dr Catherine Solano, adapté par Marion Garteiser le 19/08/2008 - 00h00
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Beaux principes: attention manipulation! Mis à jour le 11/12/2007 - 00h00

Nous avons tous une morale, et nous connaissons aussi les règles de la morale commune. Lorsque nous nous sentons en porte-à-faux avec ces grands principes, il y a malaise… Et il est facile pour certains individus de profiter de ce malaise. Méfiance…

Je ne sais pas recevoir les compliments Mis à jour le 06/04/2004 - 00h00

Se faire critiquer, c'est désagréable. Pourtant, bizarrement, entendre un compliment peut mettre encore plus mal à l'aise ! Car on nous a plutôt appris à nous défendre qu'à nous ouvrir au plaisir d'un cadeau. Et toute parole positive est un cadeau…

Plus d'articles