L'obésité aggrave l’incontinence, l’asthme, et les maladies digestives

Publié par Hélène Joubert journaliste scientifique le 22/03/2017 - 16h01
-A +A

Maladies digestives et hépatiques, pneumologiques ou urinaires…toutes paient un lourd tribut à l’obésité. Qu’elles soient conséquences directes de l’excès de poids ou juste favorisées par le surpoids, perdre quelques kilos permet souvent d’améliorer la situation. Que sait-on aujourd’hui de l’impact de l’obésité ?

PUB

Maladies digestives, conséquences graves et mal connues de l’obésité

Plusieurs maladies digestives sont à mettre sur le compte de l’obésité, définie par un Indice de Masse Corporelle (IMC) égal ou supérieur à 30 kg/m2. Au premier rang figure le reflux gastro-œsophagien (RGO) où, parmi d’autres mécanismes, l’augmentation de la pression abdominale favorise les remontées acides. L’obésité est aussi incriminée dans le cancer de l’œsophage (adénocarcinome). Il résulte de la dégénérescence de lésions de la muqueuse de l’œsophage, elles-mêmes conséquences d’un RGO, favorisé par l’obésité. Ce risque de cancer de l’œsophage augmenterait de 55% pour cinq points d’IMC supplémentaires*. Mais d’autres cancers sont impactés comme celui du pancréas et du côlon avec, respectivement, +14% et +15% de risque pour cinq points d’IMC supplémentaires. Le développement de ces cancers est favorisé par l’inflammation généralisée produite par le tissu graisseux (adipeux). Le rôle de l’obésité est renforcé dans le cancer du côlon par la consommation de viande rouge, de charcuterie et de graisse et par l’effet propre des micro-organismes vivant dans l’intestin (microbiote).

En revanche, de nombreuses zones d’ombre subsistent sur l’influence de l’obésité vis-à-vis des maladies inflammatoires de l’intestin dont la maladie de Crohn (MICI) ou même de l’intestin irritable.

Vis-à-vis de la santé du foie, c’est au tour de taille plutôt qu’à l’obésité d’entrer en jeu dans ce que l’on appelle la stéatose hépatique, c’est-à-dire l’infiltration de graisse dans le foie (« foie gras »).

Dr Juliette Foucher, service d'Hépatologie, Hôpital Haut-Lévèque Pessac (Bordeaux) : « Une personne obèse sur deux développe une stéatose, précise le. Néanmoins, l’obésité n’implique pas obligatoirement la présence de cette graisse dans le foie. De plus, les personnes avec un tour de taille supérieur à 80 cm chez la femme et 94 cm chez l’homme ont plus de risque de développer un stade encore plus préoccupant c’est à dire une stéatose associée à de l’inflammation, appelé stéatohépatite (NASH). Ce risque de NASH croit avec le tour de taille. Or une NASH peut favoriser une cirrhose et potentiellement un cancer du foie (carcinome hépatocellulaire) ».

Points positifs, une perte de poids -même modeste- peut diminuer les symptômes de reflux gastro-œsophagien en réduisant la pression abdominale. Elle peut même améliorer l’état et la quantité de graisse du foie et, de ce fait réduire, le risque de cirrhose et de cancer.

L’incontinence urinaire, intimement liée à l’indice de masse corporelle

Les troubles urinaires ne sont pas en reste. L’obésité intervient principalement dans l’incontinence urinaire. Selon la vaste étude EPINCONT conduite auprès de 28 000 norvégiennes, tous les cinq points d’Indice de masse corporelle, le risque d’apparition de fuites urinaires quotidiennes augmente de 20 à 70 %. Le surpoids compte pour beaucoup dans l’incontinence urinaire à l’effort, plus faiblement dans l’incontinence urinaire par impériosité (envie pressante d’uriner) et par hyperactivité de la vessie.

Si l’obésité est un facteur d’incontinence, à l’inverse, perdre du poids -même de 5% à 10% du poids corporel- améliore la continence, les symptômes et la qualité de vie.

Pr Pierre Costa, chef de service d’Urologie-Andrologie (Hôpital Universitaire Carémeau, Nîmes) : « La prostate est elle aussi concernée. Dans l’augmentation de la taille de la prostate (hypertrophie bénigne de prostate) et dans le cancer de la prostate, l’inflammation générée par le tissu graisseux favoriserait l’agressivité et la croissance tumorale ».

Publié par Hélène Joubert journaliste scientifique le 22/03/2017 - 16h01
Notez cet article
PUB
A lire aussi
Obésité : les risques de la chirurgie Mis à jour le 16/03/2017 - 16h17

Lors d’une opération chirurgicale, une personne obèse est exposée à différents risques de complications. A partir de quel degré d’ obésité ces risques apparaissent-ils ? Quels sont-ils et que peut-on faire pour les limiter ?

Comment mesure t-on son surpoids ou son obésité ? Publié le 24/05/2016 - 15h35

Dans le monde, le surpoids et l'obésité prennent des allures d'épidémie. En Belgique, 42% des femmes et 55% des hommes sont en surpoids , tandis que 14 % des Belges environ souffrent d' obésité . Des chiffres inquiétants, en constante augmentation, d...

Trop de poids nuit Mis à jour le 27/12/2001 - 00h00

Est-ce un fait exprès non? Toujours est-il qu'en cette période de fêtes, l'Académie Royale de Médecine de Belgique vient de publier une série de rapports sur la problématique liée au surpoids et à l'obésité !

Plus d'articles