Les obèses sont des champions

Mise à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 27/03/2012 - 16h15
-A +A

Pour les obèses, chaque geste coûte une fortune de calories, puisqu'ils doivent toujours bouger leur propre corps, plus lourd que la moyenne.

Sans s'en rendre compte, certains développent donc des aptitudes de champions. Ce qui explique que s'ils réussissent à maigrir, ils sont en forme.

PUB

Pour être bon en sport, il faut faire du sport

C'est l'histoire d'un type à qui on demande : "Tu sais jouer au piano ?" et qui répond : "Je n'en sais rien. Je n'ai jamais essayé." Elle fait sourire parce qu'évidemment, dans le fait de savoir jouer d'un instrument de musique, il y a avant tout beaucoup de travail. Et les plus grands talents ne pourront jamais éclore dans un milieu où il n'existe aucun instrument de musique.

Pareil en matière de sport. Pour être bon, il faut s'entraîner, certes, mais il faut d'abord avoir accès au sport. Et ce n'est pas le cas pour tout le monde.

A partir de là, on peut être certain que, parmi les personnes sédentaires, voire obèses, se trouvent des immenses talents qui risquent de rester cachés à jamais faute de n'avoir jamais rencontré les conditions nécessaires à leur épanouissement.

Obésité et forme physique: une question de poids

Chose curieuse, ce sera souvent les cas des individus souffrant d'obésité ! Sans le savoir, la majorité des obèses sont dotés en réalité d'un très gros "moteur" qui ferait d'eux des athlètes hors-normes... si seulement ils étaient moins lourds.

Car les muscles sont là ! Le simple fait d'être capable de bouger une carcasse de plus de 100 kilos implique des qualités physiques au-delà de la moyenne. Lorsqu'il s'agit de courir, les comparaisons sont encore plus édifiantes.

En matière de dépense énergétique, on estime qu'il faut compter en moyenne une calorie par kilogramme et par kilomètre parcouru. Ainsi une personne de 60 kilos dépensera 600 calories en courant 10 kilomètres (60 x 10). Mais la note monte à 700 calories si elle pèse 10 kilos de plus (70 x 10). Et ainsi de suite. Chaque kilo excédentaire durcit donc l'effort - cela se traduit d'ailleurs, pour les athlètes, par des performances moindres quand le poids augmente. Au marathon, par exemple, on estime qu'un kilo de plus ou de moins se traduit par un débours de trois à six minutes au temps final.

Initialement publié par Gilles Goetghebuer, journaliste santé le 26/08/2008 - 00h00 et mis à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 27/03/2012 - 16h15
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Régime hypocalorique ou diète protéinée? Mis à jour le 06/04/2009 - 00h00

Une femme en surpoids qui cherche à maigrir peut se faire aider par un professionnel. Pour le Dr David Elia*, la femme en surpoids doit d'abord maigrir puis rééquilibrer son alimentation pour ne pas reprendre de kilos. Pour faire maigrir ses patiente...

L'obésité à l'heure de la bi-thérapie Mis à jour le 04/11/2003 - 00h00

La lutte contre le sida a enregistré ses premiers succès lorsqu'on entreprit de coupler plusieurs médicaments dans le cadre de tri- ou de quadri- thérapies. L'obésité, elle aussi, mérite qu'on l'attaque sur deux fronts: sport et régime!

Régime 5:2 : nouvelle arnaque ou minceur durable ? Publié le 10/01/2014 - 14h35

The fast diet , qui cartonne en Grande-Bretagne et aux États-Unis depuis des mois, connu aussi sous le nom de Régime 5:2 , arrive chez nous. Le principe ? Manger sans contrainte pendant 5 jours et se serrer la ceinture pendant 2 jours.

Les boissons sucrées ne font pas grossir les Belges Mis à jour le 25/03/2008 - 00h00

Les boissons sucrées ont souvent mauvaise presse. Cette réputation tient en deux mots: des calories et pas de nutriments essentiels. Pire encore, le corps ne gère pas bien les calories liquides, qui exercent un faible effet coupe-faim. Mais si leur s...

Plus d'articles