Nodules thyroïdiens

PUB

Dans le cas ou il existe plusieurs nodules, il peut parfois être difficile de d'affirmer la nature cancéreuse ou non de tous les nodules. Une chirurgie est alors proposée. Elle consiste en une ablation, le plus souvent totale, de la glande. Elle est peu risquée lorsqu'elle est pratiquée par un chirurgien expérimenté (en chirurgie thyroïdienne bien sûr !). Un des principaux risques est d'abîmer les glandes parathyroïdes, des glandes minuscules accolées à la glande thyroïde. Elles sont responsables du maintien du taux de calcium dans le sang. Si elles sont endommagées, il peut être nécessaire de prendre du calcium et de la vitamine D (qui aide à l'utilisation du calcium). Ce problème est en fait assez fréquent, mais il est le plus souvent très transitoire. Les cas définitifs sont rares. L'autre principal risque est d'abîmer les nerfs récurrents qui sont les nerfs commandant les cordes vocales. Ces nerfs passent juste en arrière de la glande thyroïde. Après une chirurgie thyroïdienne, la voix est souvent altérée, mais de façon très transitoire. Ici également, les cas plus graves (nécessitant de la rééducation) sont rares. Pendant l'opération, une première analyse du nodule est faite, ce qui peut permettre au chirurgien de compléter éventuellement son geste en enlevant plus de thyroïde que prévu, ou en enlevant les ganglions de la région pour les analyser. Après la chirurgie, si l'examen définitif du nodule conclu à un cancer, on fait une nouvelle scintigraphie pour chercher des résidus de glande et on injecte de l'iode radioactif qui va se fixer uniquement sur le tissu thyroïdien restant et le détruire. Lorsque la glande thyroïde a été enlevée en totalité ou en grande partie, il est nécessaire de prendre un complément d'hormones thyroïdiennes par voie orale, tous les jours et toute sa vie.

Les causes proprement dites des nodules de la /*1094/thyroïde/*/ sont mal connues, d'autant qu'il s'agit d'une pathologie extrêmement fréquente. En revanche, on sait qu'il s'agit de tissu thyroïdien se développant à l'intérieur même de la glande, qui peut sécréter plus ou moins d'hormone. S'il en sécrète beaucoup, on dit que le nodule est "chaud". S'il en sécrète peu, on dit qu'il est "froid". Cette caractéristique est révélée par un examen : la scintigraphie. C'est important car les nodules chauds sont exceptionnellement cancéreux, tandis qu'environ 5 % des nodules froids le sont. Enfin, il existe une forme de cancer familial de la thyroïde, très rare, qui peut se dépister par le dosage sanguin d'une substance appelée calcitonine.

Un nodule de la glande thyroïde est rarement cancéreux. Il ne faut toutefois pas se passer de tous les examens nécessaires afin d'en préciser la nature. La chirurgie assure en effet la guérison dans presque tous les cas de cancer. Il n'y a donc aucun intérêt à négliger un nodule.

Sauf en cas de nodule de grande taille, visible, gênant ou douloureux, la découverte d'un nodule de la thyroïde est le plus souvent fortuite, à l'occasion d'une visite chez le médecin, ou lors d'un bilan complémentaire suite à un dosage sanguin perturbé des hormones thyroïdiennes. Il est donc important que le médecin traitant palpe régulièrement la thyroïde.

Tout d'abord, une prise de sang permet de doser le taux sanguin d'hormones thyroïdiennes car certains nodules "chauds" provoquent une hyperthyroïdie. On pratique également une scintigraphie, qui se fait par injection intraveineuse d'un produit radioactif, capable de se fixer dans la glande thyroïde. Les zones dans la glande où la sécrétion d'hormones est variable, seront plus ou moins visibles par le détecteur de radioactivité. Ainsi, on pourra différencier les nodules chauds des nodules froids. L'échographie permet de visualiser le ou les nodules, leur taille et leurs caractéristiques. Par exemple, un nodule froid peut être solide ou liquide (kyste), sachant que les kystes sont plutôt bénins. L'échographie a également l'avantage de faire un repérage du nodule pour le ponctionner. Cette ponction (indolore) est importante car elle permet, en analysant les cellules prélevées, de préciser le caractère cancéreux ou bénin du nodule.

Excepté quand ils sont gros ou douloureux, les nodules de la thyroïde ne sont pas gênants. Le problème est bien sûr d'affirmer leur caractère cancéreux, afin de proposer une chirurgie qui assurera la guérison en enlevant le nodule (en fait, en enlevant la partie de la thyroïde qui contient le nodule ou toute la glande). La chirurgie est donc proposée lorsqu'il existe un argument suspectant la nature cancéreuse du nodule (scintigraphie, échographie, prise de sang, ponction du nodule.

Publié par <a href="/taxonomy/term/19135" hreflang="fr">Dr Renaud Guichard</a> le 22/10/2002 - 02h00 Guide familial des maladies publié sous la direction du Dr André H. Dandavino - Copyright Rogers Media, 2001
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Nodules de la thyroïde : chauds ou froids ? Publié le 27/06/2017 - 14h35

La moitié des femmes de plus de 50 ans présenteraient des nodules thyroïdiens , sorte de petites boules situées à l'intérieur de la glande thyroïdienne. Ces nodules sont bénins dans la majorité des cas, mais ils peuvent devenir cancéreux. D'où l'inté...

Plus d'articles