Ne souffrez pas en silence!

Publié par C. De Kock, journaliste santé le 18/10/2005 - 00h00
-A +A

4 Belges sur 10 (37%) souffrent de douleurs chroniques. Pourtant, la plupart de ces patients ne trouvent pas assez rapidement l'aide spécifique dont ils ont besoin.

PUB

Des études ont démontré que le traitement de la douleur chronique doit être instauré dès que possible. En parler avec un médecin, un thérapeute ou un pharmacien constitue la première étape du traitement de la douleur. La "semaine européenne de la douleur", qui se tient du 17 au 23 octobre, a pour objectif d'encourager les patients à franchir cette première étape vitale.

9 centres de référence multidisciplinaires

Pour améliorer le traitement des patients souffrant de douleurs chroniques, l'Inami a, au début de l'année, donné le feu vert à un projet pilote dans neuf hôpitaux belges possédant un centre de référence multidisciplinaire pour la douleur chronique. Ces services spécialisés sont qualifiés de multidisciplinaires parce que le personnel qui y travaille est formé à différentes disciplines: médecins, pharmaciens, infirmiers, kinésithérapeutes, psychologues, ergothérapeutes, assistants sociaux, etc. Ces centres de référence sont destinés aux patients qui luttent depuis au moins six mois contre la douleur chronique et n'ont pu être soulagés ni en première ligne (généralistes) ni en deuxième ligne (spécialistes). Ils sont alors envoyés en troisième ligne, dans un centre de référence, où un diagnostic multidisciplinaire est établi sur la base des interventions des différents médecins et paramédicaux.Le diagnostic est le point de départ du plan de traitement sur-mesure mis en Œuvre pour chaque patient. En fonction du cas, le traitement est dispensé en clinique ou est ambulatoire.

Une spirale négative brisée par la communication

La personne qui souffre continuellement doit, outre sa douleur, souvent affronter aussi des problèmes sociaux, économiques et familiaux. Elle éprouve des difficultés à vivre normalement et de ce fait, elle a tendance à se replier sur elle-même. Le traitement de la douleur est une réelle nécessité. Mais, c'est la communication qui constitue la pierre angulaire d'un traitement efficace. Le patient doit être motivé pour expliquer ce qu'il ressent, car il est le seul à le savoir, et le médecin doit apprendre à reconnaître la douleur qu'exprime le malade et à en parler avec lui.

Publié par C. De Kock, journaliste santé le 18/10/2005 - 00h00 Communiqué de presse "Lancement de la campagne de sensibilisation belge dans le cadre de la semaine de la douleur (17-23 octobre)", UPSA Institut belge de la douleur en collaboration avec différents groupements de patients et associations contre la douleur.
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
La douleur chronique mal mesurée Publié le 14/10/2011 - 09h58

La douleur chronique touche un adulte sur 5 en Europe, et 23% des Belges. Elle reste cependant mal mesurée, aux yeux des médecins généralistes.

La douleur, parlons-en ! Mis à jour le 16/10/2007 - 00h00

Hommes et femmes ne sont pas égaux face à la douleur. En plus de douleurs spécifiques (règles, grossesse, accouchement), les femmes sont plus souvent sujettes aux douleurs en général. Quelle qu'en soit la cause, la prise en charge est indispensable.

Les nouveautés dans la lutte contre la douleur de l'adulte Mis à jour le 10/11/2001 - 00h00

De toute évidence, le statut de la douleur évolue, les mentalités changent. Des avancées importantes sont intervenues, tant sur le plan des connaissances fondamentales que sur celui de son traitement et de sa prise en charge. On dispose désormais de...

Douleur chronique : pourquoi c'est grave Publié le 26/10/2015 - 16h19

La douleur chronique est une maladie en elle-même, que personne ne peut voir mais qui fait des ravages dans les vies qu'elle touche. Et au moins un Belge sur 5 est concerné. Il est donc important de mieux la connaître.

Plus d'articles