Mycose vaginale : les signes qui ne trompent pas !

Mise à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 01/08/2017 - 15h58
-A +A

Les mycoses vaginales sont des infections bénignes très fréquentes dues à un champignon, Candida Albicans, d’où son autre nom de candidose vaginale. Quels sont les signes typiques indiquant une mycose vaginale?

PUB

Dans quelles circonstances survient une mycose vaginale ?

Ce champignon Candida Albicans existe naturellement dans la flore vaginale. C’est sa prolifération excessive qui entraîne une mycose.

Cela se produit classiquement dans trois cas :

  • À la suite d’un traitement antibiotique qui, ayant détruit les bactéries de la flore vaginale, laisse le champ libre au développement du champignon.
  • À la suite de toilettes intimes qui déséquilibrent la flore vaginale en faveur du champignon.
  • Chez un couple ayant des rapports fréquents sans que le partenaire masculin se lave après chaque rapport.
    Le champignon s’installe alors sur le gland, sous le prépuce, et réinfecte la femme au rapport suivant.
     

Quels sont les signes typiques d'une mycose vaginale ?

  • Une démangeaison locale intense touchant les petites lèvres, les grandes lèvres et la vulve.
  • Des pertes vaginales blanches très compactes ressemblant à du lait caillé.
    Elles sont peu abondantes.
  • Des rougeurs, de petits boutons, voire de petites coupures au niveau de la vulve. 
  • Une irritation ou une sensation de brûlure lors de l'émission des urines et durant les rapports sexuels.

À savoir : certaines femmes peuvent ne présenter aucun symptôme et présenter pourtant d'une mycose vaginale. Ces cas sont assez rares.

Attention : l’irritation locale générée par la mycose vaginale peut être associée à une vaginite ou inflammation du vagin.
Les rapports sexuels sont alors très douloureux, voire impossibles.

 

Trop d’hygiène intime favorise les mycoses vaginales

La flore bactérienne locale qui siège à l’intérieur du vagin est très importante. Elle constitue une barrière entre l’intérieur et l’extérieur empêchant les microbes pathogènes de pénétrer.

Ainsi, toute perturbation de composition de cette flore altère les capacités de défense locale.  

Certains facteurs de risque sont bien connus, comme le diabète et la prise d’antibiotiques. Mais c’est également le cas d’un excès d’hygiène intime qui, en déséquilibrant la flore vaginale favorise la prolifération des champignons.

Certaines habitudes ont le même effet: port de vêtements très serrés, sous-vêtements synthétiques, bains moussants, port prolongé de protections périodiques, etc.

Enfin, la flore vaginale étant sous contrôle hormonal, la contraception à base de progestérone et la ménopause sont aussi des facteurs favorisant les mycoses vaginales.

 

Mycose vaginale : quand consulter ?

Une consultation s’impose afin de confirmer le diagnostic d'une mycose vaginale et de mettre un traitement en route (ovules ou crème antifongiques).

Ensuite, en cas de récidives, il existe des traitements sans ordonnance.

Enfin, il est nécessaire de rechercher les facteurs favorisants cette mycose gênante afin de les éliminer.

 

Le saviez-vous ? Les hommes peuvent souffrir d'une mycose du gland

Chez l’homme, la mycose se traduit par une affection du gland, se manifestant essentiellement par des boutons rouges sur la verge, parfois par des démangeaisons.

Ces signes chez l’homme indiquent que les deux partenaires doivent être traités (ce qui est toujours préférable).

A savoir : chez les hommes, la toilette du gland et de la verge après les rapports sexuels diminue les risques d’infection chez l’homme et de réinfection chez la femme.

Initialement publié par Isabelle Eustache, journaliste Santé le 05/02/2013 - 00h00 et mis à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 01/08/2017 - 15h58

Manuel Merck, Éditions Larousse. Pr Jean-Paul Giroud, Médicaments sans ordonnance, Éditions de la La Martinière.

Notez cet article
PUB
A lire aussi
Les mycoses vaginales en 4 questions/réponses Mis à jour le 14/04/2015 - 17h57

Entre 10 et 20 % des femmes développent des mycoses vaginales . Ces affections représentent l’un des premiers motifs de consultation en gynécologie. Bénignes, elles nécessitent un traitement simple puis la mise en place de quelques règles d’hygiène p...

Plus d'articles