La musique comme la drogue?

Mise à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 18/01/2011 - 10h24
-A +A

Des scientifiques ont étudié de très près les réactions de notre cerveau lorsque nous écoutons de la musique qui nous plaît. Résultat: le circuit de la récompense, qui est à l'origine de toutes les dépendances, est impliqué dans notre réponse à la musique…

PUB

Dopamine, drogue, plaisir et musique

En fait ce que les scientifiques ont découvert, c'est que le plaisir que nous procure la musique entraîne la libération dans le cerveau de dopamine. Ce neurotransmetteur est la clé du circuit de la récompense, un élément sur lequel il convient de s'arrêter un moment.

Lorsque nous effectuons des activités nécessaires à notre survie et à la reproduction de l'espèce, nous connaissons en général un plaisir intense, associé à la libération dans le cerveau de la fameuse dopamine. C'est le cas pour le sexe, la nourriture, etc. Les humains ont ceci de particulier que des stimuli moins tangibles – le fait de recevoir de l'argent, ou d'avoir une émotion esthétique sont deux exemples bien documentés – peuvent aussi entrainer la libération de dopamine. Par ailleurs, certaines drogues psychoactives (les opiacées comme l'héroïne ou l'opium notamment) vont agir sur ce système de la récompense, entrainant artificiellement ce même plaisir intense. La recherche a donc maintenant prouvé que la musique active elle aussi le circuit de la dopamine. Ce qui explique que nous puissions ressentir après avoir écouté certains morceaux une véritable euphorie… et que nous pouvons aussi avoir envie d'écouter un morceau au point d'en ressentir un "manque".

La musique, contre les mauvaises habitudes?

Pour les chercheurs, cette découverte explique que la musique ait toujours joué un rôle important dans les sociétés humaines. Plus près de nous, reconnaître à sa juste valeur le plaisir que nous apporte la musique est utile. En effet, le circuit de la récompense est impliqué dans toutes les dépendances, mais aussi dans l'envie de manger. Ecouter un morceau favori est donc un moyen non calorique de se faire un plaisir au moins équivalent à manger un chocolat. Profitez-en!

Initialement publié par Marion Garteiser, journaliste santé le 17/01/2011 - 17h40 et mis à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 18/01/2011 - 10h24

Salimpoor, V.N. et al., Nature neuroscience, janvier 2011

Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
De la musique pour réparer les cerveaux Mis à jour le 04/03/2008 - 00h00

Après une attaque cérébrale, la rééducation du patient, surtout dans les premiers jours, est cruciale. Des chercheurs finlandais viennent de montrer qu'écouter de la musique pouvait faire partie des stratégies mises en Œuvre pour améliorer les perfor...

Drogues dures : que faut-il savoir ? Mis à jour le 01/06/2007 - 00h00

Les drogues sont des substances dites psychoactives. C'est-à-dire qu'elles agissent sur le cerveau et modifient l'activité mentale, les sensations et le comportement. Mais au-delà de leurs effets immédiats, leur usage expose à des risques et à des da...

Quels sports anti-stress ? Mis à jour le 13/10/2015 - 17h26

Le sport est une activité anti-stress par excellence recommandée à tous pour diminuer les tensions. Certaines activités physiques , comme le yoga ou le Tai-chi par exemple n’ont pas leur pareil pour atteindre la sérénité et chasser le stress . Mais c...

Plus d'articles