Mon enfant à la maternelle: première rentrée en douceur

Mise à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 28/08/2017 - 16h29
-A +A

C'est le grand jour: votre petit bout entre en maternelle.

Entre fierté, excitation et appréhension de voir l'oiseau quitter le nid, les premiers pas à l'école sont toujours un grand événement.

Voici quelques pistes pour une rentrée des classes tout en douceur... pour votre enfant comme pour vous!

PUB

La rentrée en maternelle: un saut dans l'inconnu

L'entrée à l'école maternelle constitue un changement de taille pour votre enfant: nouveaux horaires, nouvelles habitudes, nouveaux visages. Mais même s'il reste toujours une part d'inconnu impossible à anticiper, vous pouvez, ensemble, préparer cette étape.

Visiter l'école, acheter le matériel scolaire, passer devant la cour de récré pendant les vacances... Ces moments sont autant d'occasions privilégiées de dialoguer avec votre enfant et de répondre à ses questions.

L'école, ce n'est pas la crèche. Ne dramatisez pas le changement mais ne le rendez pas non plus anodin. Cette entrée en maternelle est aussi une source de fierté pour votre petit qui devient un grand!

Parents angoissés? Verbalisez!

Inutile de se mentir: l'entrée à l'école maternelle représente, avant tout, une étape stressante pour les parents.

Il n'est pas nécessaire de cacher cette inquiétude à votre enfant. Bien au contraire! En essayant de dissimuler votre anxiété, vous risqueriez de la lui transmettre de manière involontaire. En insistant trop lourdement, par exemple, sur le fait qu'il devra être très sage et écouter attentivement l'instituteur ou l'institutrice. Tout parent craint que son enfant soit turbulent et dérange le reste de la classe.  Mais là, c'est de votre peur dont il s'agit, pas de la sienne! Évitez aussi d'utiliser des mots à connotation négative: « N’aie pas peur, ce n’est pas si terrible,…». Vous risquez d’obtenir l’effet inverse à celui escompté.

N'oubliez pas que l'enseignant est votre allié: il a l'habitude des rentrées des classes!
Souvent, l'instituteur ou l'institutrice permet d'ailleurs aux enfants de garder leur doudou pendant un petit moment, le temps que s'effectue la transition entre la maison et l'école.

Initialement publié par Stéphanie Koplowicz, Journaliste Santé le 03/09/2012 - 00h00 et mis à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 28/08/2017 - 16h29

Sébastien Schetgen, instituteur maternel, psychologue et psychopédagogue au Centre Scolaide

Notez cet article
PUB
A lire aussi
Plus d'articles