Ménopause, rien de tel que la marche

Mise à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 25/11/2015 - 15h47
-A +A

A l'âge de la ménopause, la marche constitue une activité physique aisée au vertu multiples. Car, 4 heures de marche par semaine suffisent à réduire de 41% le risque de fracture de la hanche et à perdre du poids.

PUB

En marche contre les fractures de hanche

La ménopause augmente le risque d'ostéoporose, mais l'activité physique réduit le risque de fracture de hanche chez la femme âgée. Selon une étude, la marche est efficace : chez les femmes ne prenant pas de Traitement Hormonal Substitutif de la ménopause (THS), le risque de fracture de hanche diminue de façon linéaire avec le niveau d'activité. Parmi les femmes ne pratiquant aucun autre exercice, une marche d'au moins 4 heures par semaine était associée à une réduction du risque de fracture de 41%, comparativement aux personnes marchant moins d'une heure hebdomadaire.

En conclusion, la marche modérée et régulière est efficace pour réduire le risque de fracture de hanche lors de la ménopause.

En marche contre l'excès de poids

L'activité physique est connue pour favoriser la perte de poids et de masse grasse ; or de nombreuses femmes se plaignent d'une prise de poids lors de la ménopause. Afin d'examiner les effets du type d'exercice, 173 femmes sédentaires en surpoids ou obèses (IMC = indice de masse corporelle supérieur à 24), ménopausées, âgées de 50 à 75 ans, ont été recrutées. Assignées à suivre différents types d'exercices d'intensité modérée, les auteurs constatent un an plus tard, les bienfaits de la marche. En premier lieu, cette pratique était l'activité la plus fréquemment rapportée. Ensuite, les femmes pratiquant en moyenne 3 heures de marche par semaine présentaient une perte de poids significative.

Un effet dose-réponse est observé entre la perte de poids et la durée de l'exercice. Une simple marche régulière et rapide permet donc d'obtenir une réduction du poids et de la masse grasse chez les femmes ménopausées en surpoids ou obèses.

Initialement publié par Dr Philippe Burton le 04/03/2003 - 00h00 et mis à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 25/11/2015 - 15h47

Feskanich D. et coll., JAMA, 288 : 2300-6, 2002 ; Irwin M.L. et coll., JAMA, 289 : 323-330, 2003

Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Le traitement hormonal en question Publié le 27/06/2011 - 14h17

La plupart des femmes ménopausées recourent au traitement hormonal substitutif (THS). Que faut-il savoir sur le THS ? Quels sont ses avantages ? Présente-t-il des risques ?

Ranélate de strontium : un puissant anti-ostéoporose Mis à jour le 15/05/2007 - 00h00

Le ranélate de strontium est un médicament récent dont les effets préventifs vis-à-vis de l' ostéoporose sont très puissants. Il diminue de 45% le risque de première fracture vertébrale et de 32% le risque de fracture périphérique (poignet, fémur). I...

Ostéoporose : j'ai rétréci ! Mis à jour le 14/03/2006 - 00h00

Au fil du vieillissement, les femmes (surtout) sont confrontées au risque d'ostéoporose. La fragilité osseuse qui s'installe est source de fracture et de tassement vertébral aux conséquences parfois dramatiques. La mesure de la densité osseuse ou ost...

Plus d'articles