Ménopause : quels sont les premiers signes ?

Mise à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 07/01/2016 - 17h18
-A +A

Règles abondantes, douleurs mammaires, bouffées de chaleur, sécheresse vaginale...

Et si ces problèmes étaient en fait les premiers signes de la ménopause ?

PUB

La ménopause : pas du jour au lendemain

En Belgique, l’âge moyen de la ménopause est 51 ans.

On parle de ménopause à partir du moment où une femme reste au moins un an sans avoir de règles.

Mais l’arrêt des menstruations ne survient pas subitement: il est précédé d’une période de plusieurs années appelée préménopause.

Cette période se caractérise par une irrégularité des cycles, d’abord plus courts puis plus longs. La préménopause débute généralement vers l’âge de 45 ans, mais peut survenir plus tôt ou plus tard. Elle peut durer 2 à 4 ans. A noter : on parle aussi de périménopause. Qu'est-ce que c'est ? La périménopause comprend la pré-ménopause et dure encore un an après l'arrêt des règles.

Quels sont les signes de la préménopause ?

La préménopause s'annonce par une modification de l'équilibre hormonal. Au cours d’un cycle normal, chaque femme sécrète des oestrogènes en première partie de cycle, puis de la progestérone après l’ovulation.

Dans un premier temps, la préménopause se caractérise généralement par un excès d’oestrogènes. En effet, lorsqu’une femme produit des oestrogènes mais n’ovule plus régulièrement, ceux-ci se retrouvent en excès dans l’organisme.
Ce qui se traduit par :

  • des tensions mammaires,
  • des sensations de gonflement ou de lourdeur,
  • des règles très abondantes.

Dans un deuxième temps, les deux hormones (oestrogènes et progestérone) cessent d’être produites par l’organisme.

Les symptômes incluent alors principalement :

  • des bouffées de chaleur,
  • une sécheresse vaginale,
  • des troubles de l’humeur et du sommeil.

Ces deux phases peuvent alterner en raison de l’irrégularité des cycles : tantôt les oestrogènes sont trop abondants, tantôt pas assez.

Initialement publié par Julie Luong, journaliste santé le 29/01/2013 - 00h00 et mis à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 07/01/2016 - 17h18

Dr Aude Béliard, gynécologue au Centre de la ménopause, CHR de la Citadelle, Liège

Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
regenat

Comparée à des traitements classiques, l’actée s’est révélée aussi efficace que la tibolone (un traitement utilisé en Europe) ou que d’autres traitements hormonaux. Elle s’est aussi montrée plus efficace que la fluoxétine (un médicament antidépresseur).

PUB
A lire aussi
Ménopause : les bienfaits du houblon Publié le 01/08/2016 - 13h04

Le houblon, nom scientifique Humulus lupulus L., est connu pour ses vertus apaisantes et soporifiques. Plusieurs études indiquent que le houblon soulage aussi les plaintes liées à la ménopause.

Les hormones responsables de la migraine ? Publié le 14/03/2017 - 16h20

Le lien entre migraine et cycle menstruel a depuis longtemps été observé chez les femmes . En cause, les oestrogènes , qui jouent un rôle direct dans le fonctionnement cérébral et peuvent donc, lorsque leur taux chute, favoriser le déclenchement d'un...

Le traitement hormonal de la ménopause: pas automatique Mis à jour le 23/03/2009 - 00h00

La ménopause est une période charnière qui survient vers la cinquantaine. Chaque femme la vit à sa facon, et plus ou moins bien. C'est donc selon chaque femme que sera discuté l'opportunité de prescrire un traitement hormonal substitutif de la ménopa...

Plus d'articles