Maladies infantiles : durée et risque de contagion

Mise à jour par Isabelle Eustache le 24/02/2015 - 12h51
-A +A

Virus, bactéries, parasites... Avec tous ces microbes qui circulent, nos enfants attrapent toujours quelque chose. Après la fièvre, les douleurs, les pleurs, c'est la visite chez le médecin et souvent la quarantaine. Combien de temps va durer la maladie ? Combien de temps va-t-il être contagieux ? Des questions qu'on se pose tous, à chaque maladie infantile qui se déclare.

PUB

La varicelle

Durée : 10 à 15 jours.
Risque de contagion : un à deux jours avant le début de l'éruption et tant que des vésicules non sèches persistent.

La rougeole

Durée : 10 à 15 jours en l'absence de complications.
Risque de contagion : un jour avant la fièvre et cinq jours après.

Les oreillons

Durée : 10 jours.
Risque de contagion : trois à quatre jours avant l'apparition de la tuméfaction et jusqu'à une semaine après.

La roséole

Durée : 5 jours.
Risque de contagion : trois jours avant l'apparition de la fièvre.

La coqueluche

Durée : 4 à 5 semaines.
Risque de contagion : six jours avant la toux et jusque 4 à 5 semaines après.

La rubéole

Durée : 3 à 4 jours en l'absence de complications.
Risque de contagion : 10 jours avant et 10 jours après l'éruption.

La scarlatine

Durée : 8 à 10 jours en l'absence de complications.
Risque de contagion : dès l'apparition de la fièvre et pendant toute la durée de l'angine, ou 48 heures après le début d'une antibiothérapie. 

Comment les protéger ?

L'hygiène

En respectant des règles strictes d'hygiène : se laver les mains lorsqu'on rentre à la maison et entre chaque activité (préparation des repas, passage aux toilettes, change de bébé…), bien s'essuyer les mains avec une serviette propre et personnelle, chacun sa cuillère (même pour goûter les plats de bébé), laver régulièrement les jouets et éviter que les enfants se les passent à tour de rôle.

Pas de collectivité trop précoce

Il n'est pas question d'enfermer bébé dans une bulle. Toutes ces petites maladies sont inévitables, voire nécessaires à l'acquisition de son immunité. Toutefois, il est préférable qu'il les contracte le plus tard possible. C'est ainsi qu'on recommande d'éviter le plus longtemps possible la collectivité, réputée pour favoriser la prolifération des virus et bactéries et leur contagion entre les enfants, et ce bien sûr, en fonction des possibilités professionnelles des parents. En général, on conseille de ne pas placer un tout-petit en garde collective avant l'âge d'un an. Il ne les évitera pas, mais son organisme sera mieux préparé pour les affronter.

Initialement publié par Isabelle Eustache le 14/02/2005 - 01h00 et mis à jour par Isabelle Eustache le 24/02/2015 - 12h51
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Rhume chez l'adulte, bronchiolite chez le nourrisson Publié le 15/11/2016 - 15h33

Quelques gestes simples permettent aux nourrissons d'éviter la bronchiolite . Cette infection virale des petites bronches peut se compliquer sévèrement chez les plus jeunes et chez les plus fragiles. Pour faire reculer l'épidémie et le recours aux ur...

Bronchiolite: prématurés en danger Publié le 24/10/2011 - 11h05

Comme tous les ans à cette période, la saison de la bronchiolite est revenue! Ce virus respiratoire très fréquent est très dangereux pour certains bébés fragiles.

Bébé a la gastro : comment réagir ? Publié le 06/10/2015 - 15h12

Automne et hiver se conjuguent avec… gastro. Souvent sans gravité chez l’adulte, la gastro peut évoluer de manière inquiétante chez le bébé et provoquer une déshydratation qui le conduira à l'hôpital. Quels sont les symptômes et les bons réflexes à a...

Plus d'articles