La maladie du légionnaire : aussi en Belgique !

Mise à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 13/06/2014 - 11h17
-A +A

Maladie bactérienne non contagieuse, la légionellose, appelée couramment "maladie du légionnaire" s'attrape en respirant des goutelettes d'eau (pendant une douche par exemple).

En Belgique on compte généralement une centaine de cas de légionellose chaque année.

1 cas sur 5 est lié à un séjour à l'étranger.

PUB

La légionellose : dans les eaux chaudes...

Eau et chaleur
La bactérie responsable de la légionellose se complaît dans les circuits d'eau chaude (20 à 50°C, de façon optimale à 37°C). A moins de 20°C, la bactérie ne se développe plus mais elle ne meurt pas pour autant. En revanche, au-delà de 50°C, elle est tuée.

Hôpitaux, lieux publics
C'est en général à l'hôpital et dans les hôtels que la bactérie est la plus présente mais elle l'est également dans des lieux publics, des piscines ou des centres d'hydrothérapie, par exemple. Dans la plupart des cas, il est cependant impossible de déterminer la source réelle de la contamination. La prévention est donc assez difficile.

Inhalation et en ingestion
Ce n'est pas l'ingestion d'eau contaminée qui est dangereuse mais son inhalation.
Ce ne sont donc pas les gouttes d'eau qui sont dangereuses mais les vapeurs et le brouillard qui peuvent constituer un danger. Grâce aux très fines particules d'eau qui forment la vapeur d'eau (diamètre inférieur à 5 micromètres, 5 millièmes de millimètre), en effet, la bactérie trouve tout ce qui lui est nécessaire pour se développer dans les poumons alors qu'elle est détruite dans le tube digestif. Par ailleurs, la transmission d'homme à homme n'a jamais été constatée.

Une bactérie, deux maladies

La bactérie peut provoquer deux types de maladies : la maladie des vétérans, d'où le nom de légionellose, et la maladie de Pontiac.

La maladie des vétérans :

  • la plus grave
  • se développe 2 à 10 jours après la contamination
  • malaise général
  • céphalées (maux de tête)
  • des myalgies (douleur musculaire)
  • une pneumonie à toux sèche
  • de la fièvre
  • 10 et 20% de décès, surtout dus à l'insuffisance respiratoire consécutive de la pneumonie et à l'invasion du germe dans tout l'organisme (septicémie)

Certaines personnes sont plus à risques que d'autres : les personnes âgées, les patients immunodéprimés (sida,...), les fumeurs, et.#E#

La maladie de Pontiac :

  • peu grave
  • se développe plus rapidement : entre 1 et 3 jours
  • ressemble à la grippe sans pneumonie
  • pronostic favorable puisque le rétablissement intervient généralement en une semaine

Initialement publié par Pierre Dewaele, journaliste médical et scientifique le 10/09/2002 - 00h00 et mis à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 13/06/2014 - 11h17

Conseil Supérieur d'Hygiène, Avis relatif aux dangers de et aux mesures préventives contre une contamination par Legionella en Belgique (C.S.H. : 4870) Intitut Scientifique de la Santé Publique : News outbreaks and infectious diseases, 21-27/08/02 www.health.fgov.be

Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
La légionellose et le lave-glace Mis à jour le 28/06/2010 - 00h00

Une étude anglaise vient de montrer que certaines voitures risquent de transmettre à leurs conducteurs la bactérie legionella , à l'origine de la dangereuse légionellose . Pas la peine de paniquer, mais mieux vaut prévenir...

La tuberculose : aussi en Belgique Publié le 14/08/2014 - 15h58

Redoutable maladie respiratoire, la tuberculose a heureusement reculé depuis la création d'un vaccin dans les années 1920. Elle n'a cependant jamais complètement disparu, et même si le nombre de cas diminue toujours, c’est à un rythme beaucoup plus l...

Plus d'articles