Mal au coude : quels sont les symptômes de l'épicondylite ?

Mise à jour par Isabelle Eustache, journaliste Santé le 12/07/2017 - 10h56
-A +A

L’épicondylite, également dénommée tennis-elbow, est une affection typique du joueur de tennis, mais pas seulement, loin de là. Cette douleur qui part de la pointe du coude peut aussi faire souffrir de nombreux autres sportifs (golf, aviron, musculation…), mais aussi des bricoleurs assidus et surtout des travailleurs surmenés.

Comment reconnaître une épicondylite ? Quels sont les symptômes qui ne trompent pas ? 

PUB

De quoi parle-t-on ?

L’épicondylite est une inflammation des tendons du coude qui fixent les muscles de l’avant-bras juste au-dessus du coude, au niveau d’une petite bosse osseuse située sur la face externe et appelée épicondyle.

En cas d’épicondylite, la douleur est ressentie à cet endroit précis de l’épicondyle. Au début, l’épicondyle est douloureuse uniquement au toucher. Puis, progressivement, la douleur survient lors des mouvements répétitifs ou intensifs du bras ou de la main. Cela dit, la douleur peut aussi se manifester brutalement.

Et l’épitrochléite, c’est quoi ? Alors que l’épicondylite touche le petit relief osseux situé sur la face externe du coude, l’épitrochléite affecte le petit relief situé sur la face interne.

Cette douleur apparaît typiquement en répétant le geste à l’origine de l’inflammation du coude, mais aussi simplement en dépliant le bras, en voulant saisir des objets bras tendu ou lors des mouvements de rotation comme celui réalisé pour tourner une poignée de porte. La douleur peut se propager vers la face interne de l’avant-bras. Typiquement, elle diminue au repos. 

On retiendra que la douleur de l’épicondylite survient à un point très précis et qu’il suffit d’exercer une pression sur l’épicondyle pour qu’elle se réveille immédiatement.

L’épicondylite, un TMS fréquent

Les muscles de l’avant-bras sont très puissants et font partie des muscles les plus souvent sollicités dans la vie quotidienne, mais aussi lors d’activités de toutes sortes, professionnelles et de loisirs : manutention, sport, bricolage…

Le tennis est le sport le plus connu pour entraîner des épicondylites, d’où son autre nom tennis-elbow. En effet, la pratique de ce sport impose de serrer très fortement avec le point le manche de la raquette, des flexions répétées du poignet, des rotations de l’avant-bras et des chocs qui se propagent dans l’avant-bras. À la longue, de tels mouvements favorisent les micro-déchirures des tendons et des microtraumatismes osseux au niveau de l’articulation.

D’autres sports peuvent provoquer une épicondylite comme le golf ou l’aviron.

Les travaux de bricolage : serrer, visser et frapper favorisent eux aussi l’épicondylite. Enfin, c’est le cas des tâches professionnelles répétitives imposant de multiples rotations, des flexions ou de taper avec la main. Il faut savoir que le travail est le premier pourvoyeur d’épicondylites, loin devant les loisirs, ces derniers ne représentant que 5 à 10 % des inflammations du coude.

Que faire contre l’épicondylite ?

Mettre son coude au repos en stoppant les activités à l’origine de l’épicondylite.

Appliquer du froid sur son coude pour diminuer l’inflammation.

Prendre un antalgique (paracétamol) ou un anti-inflammatoire (ibuprofène, aspirine...).

Si la douleur persiste malgré tout après plusieurs jours de repos, il faut consulter. Dans certains cas, des infiltrations de corticoïdes, des séances de kinésithérapie, voire une chirurgie s’avèrent nécessaires.

Ensuite, il faudra revoir l’exécution de certaines tâches professionnelles ou de loisirs pour éviter les récidives.

Initialement publié par Isabelle Eustache, journaliste Santé le 02/12/2014 - 11h03 et mis à jour par Isabelle Eustache, journaliste Santé le 12/07/2017 - 10h56

Société française de Médecine générale, L’épicondylite et vous, http://www.sfmg.org/data/generateur/generateur_fiche/554/fichier_epicondylitedocpatientregardsder706a4.pdf. Institut National de Recherche et de Sécurité (INRS), Les troubles musculo-squelettiques du membre supérieur, www.inrs.fr. Centre canadien d’Hygiène et de Sécurité au Travail, Épicondylite (tennis elbow), www.cchst.ca.

Notez cet article
PUB
A lire aussi
Plus d'articles