Lutte anti-moustiques : bien choisir ses armes

Mise à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 13/06/2017 - 12h00
-A +A

L'été arrive, la guerre contre les moustiques reprend. Pour la gagner, il faut surtout bien choisir son arme.
Les produits répulsifs de synthèse sont peut-être les plus fiables, ils sont aussi nocifs pour la santé. Certains produits naturels à base d'huiles essentielles peuvent être d'excellents alliés, surtout si on les associe à des mesures de prévention, comme l'installation d'une moustiquaire.

PUB

Anti-moustiques : les insecticides

Pour se protéger des moustiques, faut-il se résigner à s'enduire de substances toxiques ? Pas forcément ! La manière la plus radicale d’empêcher un moustique de piquer, c'est de le tuer, à coup d'insecticide. Ces produits insecticides sont disponibles sous forme de bombes aérosols, de diffuseurs électriques ou de spirales à brûler. Mais attention, ils ne sont pas uniquement dangereux pour la vie des insectes. Composés de pesticides de troisième génération (des « pyréthrinoïdes »), ils sont soupçonnés d'être cancérigènes, perturbateurs endocriniens et responsables de troubles neurologiques chez les mammifères. Vous les repérerez à leur nom dans la composition des produits, ils se terminent généralement par « thrine » (transfluthrine, tétraméthrine, etc.). Étant donné leur toxicité, mieux vaut en limiter l'usage à des situations extrêmes. Par exemple, dans des zones tropicales infestées de moustiques vecteurs de maladies (paludisme, dengue, chikungunya, etc.). Dans ce cas, vous ne les utiliserez que dans des pièces bien ventilées ou à l'extérieur et éviterez d'y avoir recours en présence d'enfants et de femmes enceintes.

Les répulsifs anti-moustiques

L'autre manière forte, c'est de repousser les moustiques au moyen de produits répulsifs. Sachant que les moustiques sont attirés par nos odeurs (transpiration, cuir chevelu, etc.), la meilleure manière de les tenir à l'écart, c'est de fausser leur odorat. C'est ce que font les répulsifs. Toutefois, les répulsifs anti-moustiques sont eux aussi loin d'être innocents pour notre santé. La substance la plus utilisée pour la préparation des répulsifs est le DEET (N, N-Diméthyl-3-méthylbenzamide). En principe, le DEET est un produit moins fort qu'un pesticide, censé repousser l'insecte sans le tuer. Pourtant, une étude de 2009 (1) prouve le contraire. Le chercheur Vincent Corbel, auteur de l'étude, met même en garde contre la toxicité du DEET. Celui-ci agirait sur le système nerveux des mammifères. En 2013, c'est l'efficacité même du DEET qui est remise en cause dans une nouvelle étude (2). Des moustiques ayant été exposés une première fois au DEET ne réagiraient plus de la même manière lors d'une nouvelle exposition. L'industrie planche sur une nouvelle recette de répulsif, moins toxique et aussi efficace. En attendant, mieux vaut limiter l'usage des répulsifs à base de DEET ou de produits analogues aux régions tropicales ou aux personnes sujettes à des réactions aux piqûres de moustiques.

Initialement publié par Louise Culot, journaliste santé le 30/06/2016 - 12h25 et mis à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 13/06/2017 - 12h00

(1) Corbel, V. et al., «BMC Biology», mars 2009. http://bmcbiol.biomedcentral.com/articles/10.1186/1741-7007-7-47
(2) Stanczyk, N.M. et al.,  Plos One, février 2013. http://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0054438

Notez cet article
PUB
A lire aussi
Guide anti-moustique en dix points clés Publié le 09/08/2016 - 17h00

Les produits anti-moustiques ne sont pas anodins. Certains sont déconseillés chez la femme enceinte ou chez les jeunes enfants. Crème solaire et produit anti-moustiques ne font pas bon ménage. En plus de savoir choisir un répulsif efficace, il est to...

Les moustiques ont leurs préférences Mis à jour le 09/08/2005 - 00h00

Face aux piqûres de moustiques, nous ne sommes pas tous égaux. Des chercheurs anglais semblent avoir trouvé une explication, laquelle pourrait être utilisée pour la fabrication de produits anti-moustiques.

Plus d'articles