Du kyste ovarien... au cancer de l'ovaire

Mise à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 01/08/2016 - 15h28
-A +A

PUB

Quid du cancer de l'ovaire ?

Il est heureusement beaucoup plus rare que les kystes. Le risque est un peu plus élevé après la ménopause et chez les femmes (quel que soit leur âge) ayant des antécédents familiaux ou personnels de cancer du sein et/ou de l'ovaire. Ces patientes bénéficieront systématiquement d'une consultation particulièrement minutieuse. En cas de suspicion d'un cancer de l'ovaire, l'intervention se fait par laparotomie (incision de la paroi abdominale). Pendant l'intervention, un prélèvement est analysé afin de confirmer la nature cancéreuse du kyste. Si tel est le cas, on procède à une ablation de l'utérus, des trompes et des deux ovaires. Cette chirurgie est souvent complétée par une chimiothérapie.

Kystes : attention aux complications

Qu'ils soient organiques ou fonctionnels, certains kystes bénins peuvent entraîner des complications : c'est le cas lorsqu'ils effectuent une torsion, qu'ils se rompent ou s'infectent. Certains symptômes constituent donc une urgence nécessitant une intervention chirurgicale immédiate : douleur violente d'un côté, nausées, vomissements et pâleur. L'infection et la rupture s'accompagnent également d'une fièvre traînante.

Initialement publié par Isabelle Eustache, journaliste Santé le 03/11/2010 - 00h00 et mis à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 01/08/2016 - 15h28

Centre Duke, Encyclopédie pratique de la nouvelle médecine, Editions Robert Laffont. Ligue contre le cancer, www.ligue-cancer.net.

Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB