Jet leg : attention à la phlébite après un long voyage

Mise à jour par Laurence Koch Rigaud le 27/06/2014 - 14h26
-A +A

Les anglais appellent le phénomène "jet leg", en clin d'oeil au "jet lag" dû au décalage horaire.

Dans le cas du jet leg, les fuseaux horaires n'y sont pour rien ! Le coupable est la longueur du voyage et l'inactivité... associées à quelques facteurs de risque...

PUB

Jet leg, syndrome de la classe économique : c'est quoi ?

Il s'agit de l’apparition d’une phlébite veineuse profonde* ou d’une embolie pulmonaire** immédiatement après un déplacement de longue durée ou dans les jours qui le suivent.

On appelle aussi le jet leg, le syndrome de la classe économique, car en avion, sauf à être assis en classe affaire, on est immobilisé de longues heures sur un siège, serré à ses voisins (gauche, droite, devant, derrière), quelquefois au milieu d'un rang de plusieurs sièges, en position assise très inconfortable et avec peu de possibilités de bouger (sauf à aller aux toilettes !)

Mais le jet leg ne concerne pas que l'avion ! Tout long voyage de plusieurs heures dans un bus, un train ou une voiture est concerné !

Les facteurs de risque de la phlébite sont :

A savoir sur la phlébite : les femmes sont plus concernées que les hommes.

  • Les vols ou trajets supérieurs à 6 heures, en position assise, sans réelle possibilité de se dégourdir les jambes (immobilisation).
  • La déshydratation.
  • L’hypoxie (diminution de la quantité d’oxygène distribuée par le sang dans l’organisme).
  • L’avancée en âge.
  • Une insuffisance veineuse.

Dans ces conditions, une thrombophlébite ou embolie pulmonaire peut survenir lors des voyages de longue durée en dehors de toute pathologie thrombogène (c'est-à-dire favorisant une thrombose) comme par exemple une insuffisance cardiaque.

Quelques définitions pour mieux comprendre :

* La phlébite résulte de l'obstruction d'une veine profonde par un caillot de sang, généralement au niveau d'une jambe. Cette situation est notamment favorisée quand la circulation sanguine est ralentie, ce qui est le cas lors d'un long voyage. La phlébite est douloureuse et doit être absolument détectée du fait de ses complications possibles, comme l'embolie pulmonaire.

** L'embolie pulmonaire est en fait une complication de la phlébite, quand le caillot de sang dû à la phlébite voyage dans le système vasculaire et arrive dans une artère pulmonaire. Il s'agit alors là d'une urgence vitale.

Quelles préventions contre la thrombophlébite associée à un long voyage ?

  • Mettez-vous autant que possible à l'aise !
     Laissez le jean serré dans les bagages : choisissez pour votre voyage des vêtements amples, des chaussures non serrées, et pas de ceinture ou alors pas trop ajustée.
     
  • En avion ou en train, pensez à réserver un siège côté couloir !
    Vous serez ainsi beaucoup plus libre de vous lever, sans gêner votre voisin.
     
  • La contention, c'est bon !
    En avion mais aussi en voiture ou en train, portez des bas ou collants de contention pendant tout le voyage, même si vous ne souffrez pas a priori d'insuffisance veineuse. Cette contention constitue une prévention efficace contre le ralentissement de la circulation veineuse. 
    Sachez d'aillleurs que les hôtesses et stewards en portent aussi, ce n'est pas pour rien !
     
  • Marchez régulièrement !
    En avion, levez-vous souvent (quitte à faire lever tout votre rang en pleine phase de sommeil !) et marcher dans le couloir. Ce n'est pas très drôle, mais c'est efficace et essentiel.
    En train, le schéma est le même, vous avez quelques wagons pour vous promener. Pourquoi pas aller vous chercher une eau minérale à la voiture-bar ?
    En voiture, arrêtez-vous dans des aires de repos ou stations essence et marchez, que ce soit dehors pour promener le chien, pour vous rendre aux toilettes, ou pour faire le tour de la boutique alimentaire et souvenirs...
     
  • Petits tours avec les pieds !
    Une astuce pour réactiver la circulation sanguine vers le coeur  : tournez les chevilles, fléchissez et étendez vos pieds.
    Renouvelez l'exercice très régulièrement (ce qui au passage vous divertira un peu !)
     
  • Buvez ! Eliminez !
    Penser à boire régulièrement et souvent pendant le trajet, de l’eau si possible, pour éviter la déshydratation et un épaississement du sang. Et plus vous buvez, plus vous éliminez ce qui revient à vous bouger, direction les toilettes.

A savoir : 
Pour les personnes qui ont des antécédents ou des risques d'insuffisance veineuse majeure, de phlébite, d’embolie pulmonaire, il est possible de faire avant le départ une injection d’un anti-coagulant à dose préventive. Une phlébite récente est une contre-indication pour faire un voyage en avion. Au moindre doute sur votre santé, prenez rendez-vous avec votre médecin traitant quelques semaines avant votre voyage. Il fera ou vous prescrira les examens nécessaires pour que votre voyage ne tourne pas en catastrophe.

Initialement publié par Gilles Goetghebuer, journaliste santé le 13/07/2009 - 00h00 et mis à jour par Laurence Koch Rigaud le 27/06/2014 - 14h26

http://www.astrazeneca.fr/votre-sante/cardio-et-metabolisme/phlbite/conseils-pratiques

Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
A quoi reconnaît-on une embolie pulmonaire ? Publié le 09/11/2015 - 15h57

L 'embolie pulmonaire est une complication grave de la phlébite . Assez peu symptomatique, certains signes peuvent toutefois permettre de la suspecter, d'autant plus s'ils sont mis en parallèle avec certains facteurs de risque d 'embolie pulmonaire ....

Quels sont les signes d’une phlébite ? Publié le 18/07/2017 - 11h48

On parle de phlébite lorsqu’un caillot sanguin bloque plus ou moins complètement la circulation sanguine dans une veine. Si la veine en question n’est pas une veine superficielle, mais une veine profonde ou de gros calibre, il s’agit d’une urgence. Q...

Plus d'articles