J’ai un cancer, mais je travaille

Mise à jour par Isabelle Eustache le 03/04/2017 - 16h22
-A +A

Le cancer a des conséquences considérables dans tous les domaines, y compris professionnels. Or l’activité professionnelle a justement une importance capitale lors de l’épreuve du cancer et surtout de l’après-cancer, pour se reconstruire. Karen, atteinte d’un cancer à l’âge de 27 ans, nous relate son parcours et nous explique comment elle a réussi à surmonter cette double peine.

PUB

Quelles ont été les conséquences de votre cancer sur votre activité professionnelle ?

J’étais en CDI et j’occupais un poste de conseillère vendeuse dans une boutique, quand en mai 2009 on m’a diagnostiqué un cancer du col de l’utérus. Dès que j’ai su le nom de la maladie, j’ai téléphoné à mon responsable de boutique pour lui annoncer que je ne viendrais pas ce jour-là, ni les suivants et probablement pour une longue période.

J’ai alors enchainé les rendez-vous et les arrêts maladie imposés par mon oncologue le temps de réaliser les examens et de définir le protocole de soins. J’ai ensuite été arrêtée un an, pendant toute la durée du traitement. C’était mon choix, car je voulais guérir, mais aussi parce que je n’avais reçu aucune information de la part de mon employeur sur le fait que j’aurais pu continuer à travailler tout en me faisant soigner. J’étais jeune, je n’avais que 27 ans et je ne savais pas où me renseigner ni quels étaient les dispositifs existants.

Au bout d’un moment, je me suis sentie inutile, mise à l’écart, je m’ennuyais. Ma vie sociale se résumait au personnel de santé. Je pense que travailler m’aurait fait psychologiquement beaucoup de bien pendant mes traitements.

Peut-on concilier le travail et le cancer ?

Étant aujourd’hui bien informée sur les dispositifs mis à disposition des malades, je sais que l’on peut concilier le travail et le cancer. Dans mon cas, on aurait pu tout simplement imaginer un temps partiel thérapeutique avec un emploi du temps adapté à mes traitements et à leurs conséquences. J’aurais pu m’arrêter uniquement pendant les séances de chimiothérapie pour gérer la fatigue intense provoquée par ce type de traitement et ensuite reprendre une vie professionnelle et sociale quand je me sentais bien.

Initialement publié par Isabelle Eustache le 03/04/2017 - 14h45 et mis à jour par Isabelle Eustache le 03/04/2017 - 16h22
Notez cet article
PUB
A lire aussi
J’ai survécu à un cancer colorectal Publié le 17/03/2017 - 13h45

Troisième cancer le plus fréquent, le cancer colorectal est aussi le deuxième le plus meurtrier. Pourtant, dépisté et pris en charge précocement, on peut en guérir dans 9 cas sur 10. Nous avons interrogé une patiente de 52 ans qui s’est sortie de son...

Hépatite A : un mauvais souvenir de vacances ! Publié le 31/07/2017 - 15h41

Caroline, 26 ans, a découvert à ses dépens l'hépatite A en se servant au buffet de l'hôtel 4 étoiles dans lequel elle résidait en Egypte. Pour ne pas ramener dans vos bagages cette maladie qui peut être terriblement invalidante, faites toujours le po...

" Si j'aurais su... " Mis à jour le 05/05/2004 - 00h00

" Si j'aurais su, j'aurais pas venu. " Si cette phrase de " La guerre des boutons " a connu autant de succès, c'est qu'il nous arrive souvent de regretter une de nos actions. Le problème, c'est que ce regret peut nous prendre beaucoup d'énergie et no...

Plus d'articles