Insomnie : des critères de diagnostic très précis

Publié par Isabelle Eustache, journaliste Santé le 23/10/2007 - 00h00
-A +A

Un Francais sur trois manifeste au moins un des symptômes de l'insomnie, mais rares sont ceux qui en parlent à leur médecin. Or les répercussions sur la qualité de vie peuvent être particulièrement importantes. De son côté, le médecin dispose de recommandations de bonne pratique et de critères diagnostiques précis afin de proposer une prise en charge adaptée.

PUB

Les répercussions de l'insomnie

Parmi les troubles du sommeil, l'insomnie est l'affection qui prédomine et qui génère une consommation croissante d'hypnotiques et d'anxiolytiques.
Mais en plus de cette conséquence médicamenteuse, l'insomnie altère le fonctionnement physique, psychique et social, à tel point que globalement, la qualité de vie des insomniaques est comparable à celle des personnes atteintes d'une maladie chronique (diabète, hypertension, obésité, asthme…). Il existerait aussi un lien entre les troubles du sommeil et les troubles psychiatriques (dépression, anxiété, troubles émotionnels, abus de substances illicites et d'alcool). Enfin, les insomniaques auraient un risque accru d'accidents de la route et d'accidents du travail, notamment en raison des effets résiduels des hypnotiques qu'ils consomment.

Le diagnostic de l'insomnie

Le diagnostic de l'insomnie passe par un interrogatoire poussé, portant sur l'ancienneté et la fréquence des troubles, les répercussions diurnes (fatigue, troubles de la concentration, perte de mémoire, baisse de vigilance, somnolence, anxiété…), les traitements déjà utilisés, l'environnement, le mode de vie et les habitudes (rythme de travail, horaires, siestes, alcool, médicaments…), les symptômes associés pouvant évoquer un trouble sous-jacent (jambes sans repos, apnées du sommeil, douleurs….), l'existence de troubles psychiques anxieux et/ou dépressifs, etc.

Le médecin utilise ensuite les critères diagnostiques généraux de l'insomnie indiqués ci-dessous, mais peut aussi recourir à un agenda du sommeil et à des autoquestionnaires ou des échelles, comme par exemple pour mieux cerner l'intensité d'une somnolence ou l'importance des troubles anxieux et dépressifs.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste Santé le 23/10/2007 - 00h00 Recommandations de la Haute autorité de santé (HAS), décembre 2007.
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
L'alcool trouble le sommeil Mis à jour le 07/10/2003 - 00h00

Les sujets alcooliques , comme les sevrés, souffrent de troubles du sommeil . Ainsi, l'alcool induit, à l'opposé, un endormissement plus rapide et une insomnie chronique. Or la fatigue fait partie des facteurs de risque de rechute.

Insomnie, légère, modérée ou sévère? Publié le 20/02/2012 - 16h49

Les répercussions d'une insomnie peuvent être considérables sur la qualité de vie. Mieux vaut consulter son médecin rapidement, même pour une insomnie légère. Encore faut-il savoir évaluer la sévérité d'une insomnie .

3 étapes stratégiques contre l'insomnie Publié le 02/02/2011 - 16h19

Plus de 90% des problèmes de sommeil viennent de notre mode de vie. L' insomnie peut trouver son origine dans le non respect de notre rythme de sommeil , mais bien plus souvent d'une maladie sous-jacente, comme le stress, l'anxiété, la dépression, et...

Solutions 100% naturelles pour retrouver le sommeil Mis à jour le 20/04/2015 - 10h42

Difficultés à trouver le sommeil , réveils multiples durant la nuit ? Les plantes représentent des solutions naturelles pour retrouver le sommeil . Certaines favorisent l' endormissement , d'autres limitent les éveils intempestifs au beau milieu de l...

Plus d'articles