Infertilité masculine : le GSM en cause ?

Publié par C. De Kock, journaliste santé le 21/11/2006 - 00h00
-A +A

Il pourrait exister un lien entre le déclin de la fertilité masculine et l'utilisation de plus en plus répandue du GSM, c'est du moins la conclusion provisoire d'une étude américaine qui a constaté que les hommes qui font une très grande consommation de leur portable ont un sperme de moindre qualité.

PUB

Il semblerait qu'à l'heure actuelle un milliard de personnes possède un GSM dans le monde et que les experts en matière de téléphonie s'attendent à voir ce nombre doubler d'ici 5 ans. Si plusieurs études ont déjà tenté de mettre en évidence un lien entre le déclin de la fertilité masculine et l'utilisation du GSM, il convient toutefois de mettre un bémol car elles n'ont pas été en mesure de l'affirmer avec certitude.

Plus les hommes téléphonent, moins ils sont fertiles

Une récente étude américaine a inclus 364 hommes suspectés d'infertilité entre septembre 2004 et octobre 2005. En plus des tests médicaux destinés à évaluer la quantité et la qualité de leur sperme, ils ont aussi répondu à des questions portant sur la fréquence d'utilisation de leur portable. La plupart d'entre eux présentaient toutefois un décompte des spermatozoïdes supérieur à 20 millions par millilitre, un niveau considéré comme étant la limite inférieure normale. Mais, plus les hommes de l'échantillonnage étaient accros à leur GSM, plus le décompte des spermatozoïdes était bas. La moyenne des hommes qui n'utilisaient pas de GSM était de 86 millions/ml, contre 76 millions/ml pour les hommes qui utilisaient leur GSM moins de 2 heures par jour et 71 millions pour les hommes qui téléphonaient entre 2 et 4 heures par jour. Les hommes qui téléphonaient plus de 4 heures par jour enregistraient la moyenne la plus basse, soit 66 millions/ml. Même si le décompte des spermatozoïdes semble diminuer parallèlement à l'utilisation du portable, force est quand même de constater que les différences ne sont pas vraiment très significatives. Par contre, la mesure d'autres paramètres de qualité du sperme a mis en évidence un plus faible pourcentage de mobilité des spermatozoïdes, une plus grande mortalité de ceux-ci et une moins grande normalité de leur forme.

Vie moderne et fertilité ne font pas bon ménage

Les GSM ne sont toutefois pas les seules commodités modernes suspectées d'avoir une influence négative sur le sperme. Une étude au moins a suggéré que le fait de porter des couches jetables dans l'enfance peut influencer la fertilité à l'âge adulte et une autre a mis en évidence un lien entre l'utilisation d'ordinateurs portables et la qualité du sperme. Aucune de ces influences n'a toutefois été prouvée avec certitude. Néanmoins, il est avéré qu'une température scrotale élevée est mauvaise pour le sperme. De même, le tabagisme, la consommation d'alcool et de marijuana ne sont pas non plus idéaux pour la qualité du sperme.
Un homme averti en vaut deux!

Publié par C. De Kock, journaliste santé le 21/11/2006 - 00h00 Source 62nd annual meeting of the American Society for Reproductive Medicine, New Orleans, Oct. 21-25, 2006.
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Abstinence et qualité du sperme Mis à jour le 05/08/2003 - 00h00

L'abstinence sexuelle pendant quelques jours à une semaine précédant la conception est généralement conseillée aux hommes pour améliorer la qualité du sperme. Aujourd'hui, une étude israélienne tend à prouver l'inverse.

L'acupuncture au secours de l'infertilité masculine Mis à jour le 16/08/2005 - 00h00

Cinq semaines d'acupuncture ont réduit la quantité de sperme anormal et augmenté celle de sperme normal dans un groupe d'hommes ayant des problèmes d'infertilité. Cette discipline médicale chinoise pourrait désormais compléter les traitements traditi...

Plus d'articles