Infarctus du myocarde : quelles femmes sont à risque ?

Publié par Hélène Joubert, journaliste scientifique le 01/12/2015 - 15h15
-A +A

L’infarctus du myocarde ne frappe pas au hasard. Comme l’ensemble des maladies cardiovasculaires, il est de moins en moins l’apanage des femmes ménopausées, passé la soixantaine ; il progresse chez les jeunes femmes qui paient au prix fort leur nouveau mode de vie à risque. 

PUB

L’infarctus du myocarde est devenu une affaire de femme

L’urgence est bien là : de plus en plus de femmes jeunes - de moins de 60 ans - sont touchées par l’infarctus du myocarde. Le nombre d’hospitalisations a tout particulièrement progressé chez les 45-54 ans. En France, en unité de soins intensifs, la part des femmes hospitalisées pour infarctus est passée de moins de 10% en 1995 à plus de 20% en 2010. La crise cardiaque chez la femme de moins de 50 ans a triplé ces 15 dernières années : c’est devenu la première des causes de décès cardiovasculaires chez la femme.

Les oestrogènes ne sont pas tout-puissants

L’idée tenace que leurs hormones féminines les protègent, envers et contre tout, leur porte préjudice : cet effet protecteur des estrogènes est battu en brèche par l’hygiène de vie à risque et certaines maladies comme le diabète. Or les femmes sont de plus en plus nombreuses à adopter des comportements risqués. Le Pr Mounier-Vehier, chef de service de cardiologie au CHRU de Lille, explique l’évolution de la protection offerte par les hormones : « Si, avant 50 ans, les femmes n’ont pas de facteurs du risque, alors elles sont effectivement protégées par leurs oestrogènes dont l’action est à la fois antiagrégante plaquettaire (empêche les caillots sanguins responsables des thromboses), vasorelaxante et antiproliférative (l’artère ne va pas s’hypertrophier). Les oestrogènes naturels favorisent le bon métabolisme du cholestérol et protègent du diabète. Mais tout change à la ménopause, et leur risque rejoint en quelques années à peine celui de l’homme, voire le dépasse. Car la femme cumule les handicaps : ses artères sont plus petites que celles des hommes et plus sensibles aux effets toxiques du tabac et du cholestérol, du diabète mais aussi du stress. De plus, chez la femme, les plaques d’athérome se développent plutôt vers l’intérieur de l’artère ; celle-ci se bouche d’autant plus rapidement ».

Privées de leurs oestrogènes, elles vont développer le fameux « syndrome métabolique de la ménopause » avec une obésité abdominale favorisant la synthèse de mauvais cholestérol (le LDL cholestérol), de l’inflammation et provoquant aussi une résistance à l’insuline, le premier pas dans la maladie diabétique. Le syndrome métabolique est un véritable accélérateur de la maladie vasculaire athéromateuse (constitution de plaques d’athérome). 

Publié par Hélène Joubert, journaliste scientifique le 01/12/2015 - 15h15

D’après des entretiens avec le Dr Christelle Diakov, cardiologue, unité Cardiologie médicale et interventionnelle (Institut Mutualiste Montsouris) et le Pr Claire Mounier-Vehier, cardiologue au CHRU de Lille (chef de service) et 1ère vice-présidente de la Fédération française de cardiologie.

Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Cholestérol et infarctus : les femmes aussi ! Publié le 27/10/2017 - 10h20

Dans une cinquantaine de pays, plus de 15.000 patients ayant fait un infarctus ont été suivis dans une grande étude. Il en ressort que le cholestérol est de très loin le facteur de risque n°1 et que les femmes sont également concernées.

Infarctus du myocarde : mieux se soigner quand on est une femme Mis à jour le 16/12/2015 - 17h33

Chez la femme- et parce qu’elle est une femme- s’accumulent les retards dans la prise en charge de l’infarctus du myocarde. Convalescente, on lui propose aussi moins souvent une rééducation cardiaque, à laquelle elle renonce parfois d’elle-même. Le s...

Plus d'articles