Incontinence : un journal pour faire le point

Mise à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 05/04/2016 - 14h51
-A +A

L’incontinence touche beaucoup de femmes, mais il n’est pas évident d’en parler. Mais au fond, comment savoir si l'on est incontinente urinaire ? Un outil peut vous aider…

PUB

Pourquoi les femmes ne parlent-elles pas de leur incontinence ?

L’incontinence urinaire est un problème fréquent, surtout chez les femmes : il touche entre 25% et 45%, le risque augmentant avec l’âge. Pourtant, il est rare que les femmes en parlent avec leur médecin. Dommage... parce que des solutions existent et qu’elles ne sont pas très compliquées à mettre en place.

En réalité, il semble que les femmes attendent d’être très gênées par leur incontinence pour surmonter le tabou et consulter à ce sujet. Ainsi, quand le nombre de fuites augmente, le taux de femmes qui consultent augmente également. Quand les incidents sont quotidiens, aussi. Mais certains facteurs culturels et socio-économiques semblent jouer aussi, même si l'on ne sait pas encore bien lesquels, ni pourquoi.

Un autre facteur de consultation pour incontinence urinaire : le fait de consulter régulièrement un professionnel de santé. Il est donc aujourd’hui conseillé aux médecins qui traitent régulièrement des femmes de quarante ans et plus de parler directement de l’incontinence urinaire avec leurs patientes. Si le vôtre ne le fait pas, n’hésitez pas à aborder le sujet !

Comment mesurer son incontinence ?

L’un des outils à la disposition des médecins pour évaluer l’incontinence urinaire est un calendrier mictionnel. En gros il s’agit d’un journal de tous les moments où vous urinez.

Pendant 24 heures (du réveil d’un jour au réveil du jour suivant), les femmes peuvent noter l’heure de chaque miction et la quantité de liquide évacuée. Les fuites éventuelles sont à noter également, ainsi que leurs circonstances, tout comme d’éventuelles remarques complémentaires : les mictions faites par précaution et celles qui étaient précédées par une urgence, la facilité à évacuer l'urine, etc.

Ce journal est à tenir pendant trois ou quatre jours, pas forcément consécutifs. Bien sûr il ne faut rien changer à vos habitudes ou à votre alimentation, puisqu'il s’agit de vérifier ce qui se passe en temps habituel. C’est un bon outil pour votre médecin. Il lui permettra d’avoir une vision précise de ce qui se passe, sans que vous deviez réfléchir pendant la consultation pour retrouver les détails de vos mictions ! Il pourra notamment distinguer les différents types d’incontinence (incontinence d’effort, par urgence, ou hyperactivité vésicale), et leur gravité. 

Initialement publié par Marion Garteiser, journaliste santé le 05/04/2016 - 14h51 et mis à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 05/04/2016 - 14h51

https://www.vidal.fr/actualites/19417/incontinence_urinaire_pourquoi_30_des_femmes_affectees_ne_demandent_pas_de_traitement/
L'incontinence urinaire. Medscape. 21 mars 2012

Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Plus d'articles