Incontinence féminine : peut-on encore faire du sport ?

Mise à jour par Isabelle Eustache, journaliste Santé le 02/11/2016 - 12h07
-A +A

PUB

Comment soigner l’incontinence urinaire ?

La première étape repose sur la rééducation périnéale. À faire avec un kiné ou une sage-femme dans le but de remuscler son périnée et renforcer le plancher pelvien. Elle est surtout utile chez les femmes qui souffrent d’incontinence, contre les fuites urinaires survenant après l’accouchement. Sur un périnée qui n’a pas encore été relâché par l’accouchement, la rééducation est toujours utile, mais moins performante.

Ensuite, on utilise de petits moyens comme les tampons, les pessaires et autres petits dispositifs que l’on place soi-même dans le vagin pour réduire les fuites à l’effort. Le tampon soutien l’urètre et peut donc faire l’affaire le temps d’une épreuve. Les pessaires sont des anneaux sur lesquels l’urètre prend appui en cas d’effort.

Lorsque ces solutions se révèlent insuffisantes, on recourt à la chirurgie. La méthode la plus classique est celle de la bandelette urinaire, qui consiste à tendre un tissu solide en dessous de l’urètre pour qu’il puisse s’appuyer dessus pendant l’effort. L’intervention se réalise en ambulatoire, sous anesthésie. L’opération dure une demi-heure et laisse une cicatrice exclusivement au niveau du vagin et du périnée ou du pubis. Il s’agit d’une chirurgie très peu invasive, ne nécessitant que de toutes petites ouvertures, normalement non douloureuse et remboursée par la Sécurité sociale. Le résultat est immédiat, mais on recommande une période de repos et d’éviter tout effort pendant trois semaines.

Il existe d’autres types de traitements chirurgicaux visant à restaurer l’insuffisance sphinctérienne, mais plus anecdotiques et parfois plus compliqués. Ils ne sont généralement pas proposés aux femmes sportives, mais plutôt à des femmes plus âgées chez qui la bandelette urinaire n’a pas fonctionné. Citons les injections d’un produit comblant sous la muqueuse de l’urètre pour rétrécir le canal (aux résultats peu concluants), la pose d’un ballon sous le col de la vessie, voire la mise en place d’un sphincter urinaire artificiel comme ultime étape.

Que les sportives se rassurent, il faut continuer le sport, et même les sports réputés mauvais pour le périnée comme le jogging. Certaines femmes courent le marathon, même après avoir accouché et sans fuites ! Pour les autres, il existe des solutions contre les fuites urinaires. À tout âge, il faut oser parler d’incontinence à son médecin ! 

Pour en savoir plus : http://urofrance.org/lurologie-grandpublic/fiches-patient/fiches-traitements.html. 

Initialement publié par Isabelle Eustache, journaliste Santé le 12/10/2016 - 15h54 et mis à jour par Isabelle Eustache, journaliste Santé le 02/11/2016 - 12h07

En collaboration avec le Dr Gaëlle Fiard, Présidente de l'AFUF (Association Française des Urologues en Formation).

Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB