Des illusions dangereuses

Mise à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 28/01/2015 - 16h07
-A +A

Beaucoup de gens pensent que le simple fait d'être sportif constitue une garantie absolue contre le risque d'accident cardiovasculaire. A tort !

PUB

L'activité physique : conseillée pour perdre du poids, à tout âge !

Vers 35-40 ans, la plupart d'entre nous accusent une prise de poids qui résulte généralement d'un double phénomène d'excès de table et d'une baisse concomitante de la fonction hormonale, cette dernière se traduisant en premier par une diminution de la masse musculaire. Or le muscle est un gros consommateur d'énergie. Le moindre recul se solde aussitôt par une élévation des processus de mise en réserve. La solution passe alors par la poursuite d'une activité physique régulière. Autrefois, on conseillait de faire des exercices en endurance (longue durée, faible intensité) dans le but de brûler un maximum de graisses. Actuellement, on conseille aussi de s'adonner à des exercices en force (gymnastique, musculation) qui permettent d'entretenir la masse musculaire et de conserver de grosses capacités de combustion. Si l'on fait preuve de patience et d'assiduité, on finit toujours par enregistrer des effets bénéfiques sur la ligne.

Etre sportif n'est pas une garantie pour le coeur

Un point méritait cependant d'être éclairci : le sport exerce-t-il une action spécifique selon le type de graisses, saturées ou insaturées, que l'on trouve dans notre organisme ? Rappelons que ce sont surtout les graisses saturées que craignent les cardiologues. Elles ont tendance à s'agréger sur les parois des artères et participent à la formation de plaques. Le sportif élimine-t-il plus ces mauvaises graisses ? Pour le savoir, une étude a réuni sept femmes modérément sportives et en bonne santé d'un âge moyen de 26 ans. Ces sujets ont d'abord pédalé pendant deux heures sur un vélo fixe. Ensuite, on leur a servi un repas très riche en lipides. Enfin, on déterminait quel type de graisses était utilisé préférentiellement par l'organisme grâce à des techniques sophistiquées d'analyse des gaz expirés.

Il est apparu que l'exercice favorise clairement l'élimination des graisses insaturées, mais qu'il reste sans effet sur celle des graisses saturées, pourtant réputées plus dangereuses. En d'autres termes, sportif ou non, il faut éviter de consommer trop de graisses saturées, principalement d'origine animale, et privilégier les huiles végétales (olive, colza) et les graisses de poisson. Qu'on se le dise !

Initialement publié par Gilles Goetghebuer, journaliste santé le 23/03/2004 - 00h00 et mis à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 28/01/2015 - 16h07

Medicine and Science in Sports and Exercise : 34, 1757-1765, 2002.

Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Courir le ventre vide pour maigrir ? Mis à jour le 01/02/2005 - 00h00

Un exercice physique d'endurance réalisé à jeun semble plus efficace pour brûler les graisses que le même exercice réalisé après avoir mangé. L'entraînement potentialise cet effet, particulièrement chez la femme…

Graisse: quantité et qualité! Mis à jour le 13/11/2007 - 00h00

Quand on parle d'équilibre alimentaire, la "chasse aux graisses" est souvent mise au premier plan. S'il est important de quantifier les apports en graisses, il ne faut surtout pas les supprimer mais au contraire chercher à les équilibrer.

Le taux de masse grasse des sportifs, c'est quoi? Publié le 02/05/2016 - 17h41

Au-delà de l'indice de masse corporelle (IMC), il est intéressant de se renseigner sur son taux de masse grasse par rapport à son poids. Il varie selon les personnes de 10 à 30%. Chez les sportifs, le taux de masse grasse est particulièrement bas. Ma...

Plus d'articles