L'hydratation du sportif

Mise à jour le 02/02/2015 - 11h36
-A +A

L'eau représente 60 % de la constitution d'un sujet adulte. Elle n'a aucune valeur calorique mais est le deuxième élément vital après l'oxygène. Une perte hydrique de 10 à 12 % peut-être mortelle.

PUB

Principes généraux sur l'hydratation du sportif

L'eau est essentielle lors de l'exercice physique. Constitutive du plasma, elle permet le transport des nutriments (glucose, lipides), de l'oxygène, des hormones et des produits de dégradation (comme l'acide lactique). Une hydratation correcte permet de maintenir un volume plasmatique (volume sanguin) suffisant et donc un débit cardiaque correct et une bonne oxygénation des tissus. Elle permet également de maintenir une élimination de l'eau par les reins (urine) suffisante pour éliminer les toxiques produits par le métabolisme.

Les apports hydriques sont assurés pour moitié par l'alimentation et pour moitié par les liquides.

Les besoins de base en eau sont compris entre 2 et 2,5 litres par jour. Ces besoins sont augmentés par l'élévation de la température extérieure (climat, pièce chauffée) et de la température intérieure du corps (effort intense, fièvre).

La sudation est un mécanisme permettant la régulation thermique. Elle est responsable d'une perte d'eau et d'électrolytes (ions sodium, potassium, chlore).

L'hydratation pendant l'effort

L'exercice physique provoque une perte d'eau très importante. En effet, le rôle principal de l'eau pendant l'effort est d'éliminer la chaleur. Seule une partie de l'énergie chimique (25%) est transformée en énergie mécanique. Le reste est dissipé sous forme de chaleur. Le principal mécanisme de lutte contre l'hyperthermie est la sudation.

La sueur contient de l'eau et des électrolytes. L'importance de la sudation varie proportionnellement à l'intensité de l'effort et aux conditions extérieures. Ces phénomènes sont en fait variables et une température extérieure élevée peut faire monter cette perte jusqu'à 5 à 10 litres par jour.

La déshydratation a deux conséquences néfastes.
Il y a une diminution de l'apport en oxygène et en nutriments, ainsi qu'une augmentation de la chaleur corporelle (par défaut de sudation et donc d'élimination). Les conséquences sont une diminution des performances mais surtout, la possibilité d'un « coup de chaleur » (sudation réduite, étourdissements, maux de tête, bouche sèche, pouls rapide, fatigue intense, dyspnée (difficulté à la respiration), troubles du comportement), et au-delà, la possibilité d'un état de choc (peau sèche et chaude, hallucinations, troubles de la vision et de la coordination, température très élevée, vomissements, diarrhées), qui peut conduire à la mort.

Initialement publié le 11/04/2002 - 02h00 et mis à jour le 02/02/2015 - 11h36
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Quelle boisson pour les sportifs ? Publié le 29/06/2016 - 10h15

Avec les beaux jours, l' envie de faire du sport va peut-être vous démanger. Alors attention au coup de chaleur ! Vous trouverez dans cet article quelques conseils pour apprendre à s'hydrater suffisamment pendant l'effort.

Plus d'articles