Hépatite C : le point sur les facteurs de risque

Publié par Dr Philippe Presles : adaptation Danielle Pickman, journaliste santé le 29/10/2002 - 00h00
-A +A

Les facteurs de risque de transmission du virus de l'hépatite C (VHC) ont évolué. Avant 1992, les deux principaux modes de contamination étaient la consommation de drogues intraveineuses et les transfusions sanguines. Aujourd'hui, la liste s'est allongée.

PUB

Différents facteurs de risques

La transmission du virus de l'hépatite C ne se limite plus aux transfusions sanguines ni aux usagées de drogues intraveineuses. Pour s'en protéger, il est important de connaître les autres facteurs de risques :

  • l'utilisation de drogues par voie inhalée,
  • les partenaires sexuels multiples,
  • le piercing,
  • le tatouage,
  • les piqûres accidentelles par aiguille contaminée,
  • l'injection d'immunoglobulines,
  • l'hémodialyse
  • les scarifications religieuses.

Evaluation des risques :

  • Transfusion de dérivés sanguins : grâce aux tests de dépistage modernes, le risque de transmission du VHC se situe entre 0,01% et 0,001% par unité de sang transfusé.
  • Drogues intraveineuses : cette voie est responsable de 50% des nouveaux cas de contamination par le VHC. Dans 50 à 60% des cas, elle a lieu dans les trois premiers mois de consommation.
  • Piqûres accidentelles par aiguille contaminée - professions médicales et paramédicales : ce risque de contamination est quatre fois supérieur aux donneurs de sang. Après une piqûre accidentelle par une aiguille contaminée, le taux de conversion est proche de 2%.
  • Transmission sexuelle : au cours d'une vie de relation monogame, le risque est d'environ 1 à 3%. Les méthodes mécaniques de contraception ne semblent pas nécessaires dans une relation monogame.
  • Transmission dite " verticale " (de la mère vers l'enfant): ce risque est estimé à 5% par grossesse. Les tests chez le nouveau-né ne sont pas recommandés avant l'âge d'un an. L'allaitement est considéré comme un faible risque de transmission du VHC.
  • Hémodialyse : aux Etats-Unis, les patients en hémodialyse ont un risque d'infection par le VHC estimé à 10-20%.
  • Cocaïne intranasale : ce facteur de risque est fortement suggéré par les études épidémiologiques.
  • Tatouage : encore controversé.

Publié par adaptation Danielle Pickman, journaliste santé le 29/10/2002 - 00h00 Herrine S.K., Ann. Intern. Med., 136: 747-57, 2002.
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Hépatite A, B ou C... C'est grave docteur ? Publié le 21/08/2017 - 12h34

La plupart des hépatites ou inflammations du foie, sont dues à des virus, d'où leur non d'hépatites virales . Hépatites A, B ou C , sont-elles toutes de gravité équivalente et comment se transmettent-elle ?

Offensive contre l'hépatite C Mis à jour le 18/05/2004 - 00h00

Le 23 mai prochain se tiendra la première Journée Nationale contre l'hépatite C. Cet événement entend mobiliser le grand public et le monde politique autour d'une maladie qui tue quatre fois plus que le sida.

Plus d'articles