Hémorroïdes, constipation et grossesse

Mise à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 12/11/2015 - 14h46
-A +A

PUB

Comment traiter les problèmes hémorroïdaires chez la femme enceinte ?

En cas de douleurs, il faut éviter les anti-inflammatoires et l'aspirine qui sont déconseillés pendant la grossesse.

On peut prendre à la place les médicaments à base de paracétamol pur, à la dose maximale de 3 grammes par jour. Les flavonoïdes (Daflon) peuvent également améliorer les symptômes en phase aiguë. Sur le plan local, la Bétadine (produit à base d'iode) est déconseillée car une partie risque de passer dans le sang.

On peut mettre en revanche des mousses à base de cortisone (Colofoam) ou de cortisone anticoagulant et un anesthésique local (Anacal). Il est rare que l'on soit obligé d'opérer les hémorroïdes durant une grossesse (en dehors de l'incision d'une thrombose qui est un geste simple et qui peut se faire au cabinet du médecin ou dans un service d'urgences).

Comment prévenir les hémorroïdes pendant la grossesse ?

L'essentiel est bien sûr de lutter contre la constipation.

Pour cela, il faut enrichir progressivement son alimentation en fibres alimentaires. On les trouve principalement dans les légumes verts, les fruits, le son et les céréales complètes. A savoir toutefois que le son ne doit pas être pris en trop grande quantité car il a l'inconvénient de diminuer l'absorption du fer et du calcium, minéraux indispensables pendant la grossesse. Le pain semi-complet est donc préférable au pain complet. Pâtes, riz et pommes de terres doivent évidemment être consommés avec modération.

Enfin, une bonne hydratation est nécessaire. Il faut boire au moins deux litres de liquides dans la journée (eau, jus de fruits, soupe, etc.). Par ailleurs, boire un verre d'eau ou de jus de fruits le matin au réveil met en route le système digestif et favorise le transit.

Il faut également être régulier dans ses horaires pour aller à selle, afin d'éduquer l'intestin (sans être maniaque sur les horaires, se donner une plage horaire régulière, comme le matin après le réveil ou le soir au coucher).

Si toutes ces mesures sont insuffisantes, on peut prendre des mucilages (spaghulax, karayal…) ou de l'huile de paraffine (sous forme d'huile ou de confiture sous le nom de Lansoyl), ou encore mettre des suppositoires à la glycérine.

Rappelez-vous également que l'exercice physique permet de lutter contre la constipation.E#

Initialement publié par Dr Renaud Guichard, adapté par C. De Kock, journaliste santé le 21/10/2003 - 00h00 et mis à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 12/11/2015 - 14h46
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB