Guérir de l’allergie aux arachides, un objectif de plus en plus proche

Mise à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 09/03/2015 - 09h37
-A +A

L’allergie aux cacahuètes, ou arachides, n’est pas très fréquente – elle touche moins d'une personne sur 100, bien moins que les allergies aux pollens par exemple. Mais chez les enfants de plus de trois ans, c'est l'allergie la plus fréquente, et elle est redoutable… Et si on pouvait en guérir ?

PUB

Guérir de son allergie aux arachides par la désensibilisation

On connaît la désensibilisation, qui peut aider à se débarrasser des allergies en absorbant de toute petites doses de l’allergène. Le processus est contraignant parce qu’il faut augmenter les doses très lentement, et il prend de nombreux mois. Et il n’est pas accessible pour tous les allergiques. Ceux et celles qui sont allergiques aux arachides par exemple, ne peuvent pour l’instant pas subir de désensibilisation. Les réactions en cas de contact sont en effet trop violentes : l’allergie aux arachides est l’allergie alimentaire la plus mortelle de toutes, et le choc anaphylactique n'est pas rare. Mais la science avance… En 2014, une première équipe anglaise a montré qu’il était possible de désensibiliser « en petit » des enfants allergiques (1). Le traitement consistait à leur donner de très petites doses de protéines de cacahuètes, en augmentant ces doses de jour en jour sur une période de 6 mois. Ils pouvaient après traitement consommer une petite quantité de cacahuètes – l’équivalent de cinq arachides à peu près. C’était déjà une belle victoire, parce que les arachides sont présentes dans de très nombreux produits alimentaires industriels ; les personnes qui peuvent supporter une petite quantité d’arachides voient déjà leur vie se simplifier grandement.

Une deuxième étude (2), menée en Australie, a confirmé cette possibilité et est allée plus loin en donnant aux enfants, en même temps que des protéines d’arachides, un probiotique bien spécifique, Lactobacillus rhamnosus.

Ne pas tenter de se désensibiliser soi-même…

Si l’espoir d’une porte de sortie de l’allergie aux arachides est une bonne chose, il faut pour l’instant rappeler les consignes de prudence. La désensibilisation ne peut se faire que sous strict contrôle médical, parce que les conséquences d’une réaction allergique sont potentiellement dramatiques. Par ailleurs, le processus lui-même n’est pas sans difficultés – les patients ont souvent des symptômes, qui ne vont pas jusqu'au choc anaphylactique mais sont tout de même gênants. En conclusion, si vous êtes allergique aux arachides et que vous êtes intéressé(e) par une désensibilisation, soyez optimiste, mais consultez un allergologue avant tout.

Initialement publié par Marion Garteiser, journaliste santé le 09/03/2015 - 09h37 et mis à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 09/03/2015 - 09h37

(1) Anagnostou, K. et al., Lancet. 2014 Apr 12;383(9925):1297-304. doi: 10.1016/S0140-6736(13)62301-6. Epub 2014 Jan 30. (2) Tang, M. et al., DOI: http://dx.doi.org/10.1016/j.jaci.2014.11.034. Moneret-Vautrin et al., Revue française d’allergologie et d’immunologie clinique 48 (2008) 171–178

 

Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Allergie croisée : pollens et aliments Publié le 10/05/2016 - 16h16

L' allergie croisée , bien qu'en constante augmentation, reste peu connue. Si certaines sont intuitives comme une allergie croisée à deux pollens ou à deux aliments d'origine proche, d'autres sont plus surprenantes. C'est notamment le cas de l'allerg...

Plus d'articles