Grosseur à l'aine

PUB

Une grosseur à l'aine se manifeste comme suit :

  • apparition d'une bosse à l'aine, parfois aux deux aines ;
  • avec ou sans douleur ;
  • de consistance molle ou dure ;
  • de taille variable, comme une noisette, un oeuf, un citron et même davantage ;
  • peut s'accompagner de fièvre et d'une rougeur à l'aine.

  • Hernie. La hernie est une protubérance causée par un organe, ou une partie d'organe, sorti de la cavité abdominale qui le contient normalement. Deux types de hernies peuvent entraîner des grosseurs à l'aine : la hernie inguinale, la plus courante, et la hernie crurale (ou fémorale). Dans les deux cas, la masse peut être molle ou dure, douloureuse ou non et de taille variable. Chez l'adulte, les hernies de l'aine se produisent lors d'efforts physiques excessifs en raison d'une faiblesse de la paroi abdominale. Une hypertrophie de la prostate, qui oblige l'homme à forcer pour uriner, augmente aussi les risques de voir le péritoine (membrane qui tapisse la cavité abdominale) s'engager dans le canal inguinal (zone située à deux travers de doigt au-dessus du pli de l'aine). Chez les bébés de sexe masculin, la hernie inguinale reste un phénomène relativement fréquent. Elle se produit lorsque le canal inguinal ne se referme pas après la migration du testicule (parfois des deux) dans le scrotum (bourses) avant la naissance.
  • Inflammation ganglionnaire. La défense de l'organisme est assurée par les ganglions du cou, des aisselles et des aines. Ensemble ou séparément, les ganglions gonflent pour bloquer une infection. Ils grossissent et deviennent douloureux ; ils s'accompagnent parfois de fièvre et de rougeur locale. Et si un ganglion de l'aine comprime les nerfs de la jambe et des cuisses, la douleur peut irradier jusque-là. Les infections transmises sexuellement (ITS), les blessures, les virus et différentes bactéries peuvent déclencher une réaction ganglionnaire.
  • Cancer. Dans certains cas plus rares, les ganglions gonfleront pour se défendre contre le cancer. Il peut s'agir d'un cancer des ganglions - la ou les bosses à l'aine seront très évidentes -, mais tous les cancers de la prostate, du foie, du côlon, du rectum, de l'anus et du canal anal peuvent donner des métastases à l'aine. Ces métastases se présentent sous forme de bosses dures, irrégulières (mal définies), parfois agglomérées (rapprochées les unes des autres) et rarement douloureuses.

  • Ne pas négliger de consulter un médecin. Même si la grosseur n'est pas douloureuse ou si elle est peu apparente, consultez votre médecin.
  • Vérifier s'il s'agit d'une hernie. Il existe un moyen très simple de vérifier s'il s'agit d'une hernie inguinale ou fémorale : couchez-vous sur le dos et si la bosse disparaît - si elle rentre dans l'aine - c'est une hernie à coup sûr. Si la bosse est douloureuse et ne disparaît pas lorsque vous êtes en position couchée, il peut s'agir soit d'un autre problème de santé, soit, mais c'est très rare d'une hernie irréductible.
  • Garder la forme. Une bonne musculature constitue une protection contre les hernies, parce que les tissus sont plus solides. Un exercice physique pratiqué régulièrement permet de conserver une bonne musculature. Mais si vous êtes sédentaire, recommencez les activités physiques graduellement. Méfiez-vous au début des sports violents, car des efforts excessifs pourraient vous causer une hernie.
  • Se méfier des griffes des animaux. Une égratignure provoquée par un chat ou un chien risque de transmettre un virus dans votre organisme. Le système ganglionnaire devra se défendre et il est fréquent que les ganglions de l'aine enflent, même si la plaie a été désinfectée. Pour plus de sûreté, vous pouvez faire dégriffer votre chat et limer les griffes de votre chien. N'oubliez pas de faire régulièrement vacciner vos animaux domestiques.
  • Mener une vie sexuelle protégée. Avoir un comportement sécuritaire aide à prévenir les inflammations ganglionnaires des aines causées par les infections transmissibles sexuellement (ITS).

  • Vous constatez que vous avez une bosse à l'aine.
  • Une grosseur douloureuse nécessite une consultation immédiate.

Pour diagnostiquer une hernie, un examen physique suffit généralement. S'il le juge nécessaire, le médecin aura recours à des analyses sanguines ainsi qu'à une biopsie. Le résultat de la biopsie permettra de vérifier la nature des cellules et de connaître la cause de l'augmentation de volume des ganglions. D'autres tests, comme le scanner ou l'échographie abdominale et de l'aine, sont de plus en plus utiles pour un diagnostic précis.

  • Hernies. La hernie inguinale ou fémorale, ainsi que la hernie irréductible, sont corrigées par une intervention chirurgicale afin de replacer l'organe dans la cavité abdominale et de réparer la paroi abdominale. Après l'opération, des analgésiques et un repos de quelques jours sont nécessaires. De plus, le patient ne devra pas forcer pendant six semaines et éviter les sports de contact durant deux à trois mois. Dans le cas d'une hernie inguinale chez un bébé, il faut descendre le testicule qui n'a pas bien migré et le fixer dans le scrotum au cours de l'intervention. Il importe de savoir qu'il y a des dangers pour la fertilité si le testicule reste trop longtemps dans le canal inguinal (cryptorchidie). S'il est replacé avant l'âge de cinq ou six ans, la hernie sera sans conséquence pour le testicule. Par contre, à la préadolescence, un testicule non descendu devra être enlevé afin d'éviter l'apparition d'un cancer. Toutefois, l'autre testicule sera souvent suffisant pour garantir la fertilité.
  • Inflammation ganglionnaire. L'infection ganglionnaire sera traitée à l'aide d'antibiotiques.
  • Cancer. Dans un tel cas, le traitement requis sera entrepris sans délai.
Initialement publié le 31/05/2001 - 02h00 et mis à jour par <a href="/taxonomy/term/19349" hreflang="fr">Dr Jacques Lambert, Chirurgien, Hôpital Jean-Talon et Hôpital Fleury, Montréal</a> le 01/08/2005 - 02h00 Guide familial des symptômes sous la direction du Dr André H. Dandavino - Copyright Rogers Media, 2005
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Cancer du sein : l'homme aussi ! Publié le 10/04/2015 - 15h03

Même si c'est très rare, les hommes aussi peuvent développer un cancer du sein . Et selon des données provenant des Etats-Unis, cette affection est en nette croissance. Parallèlement, on constate que le diagnostic est souvent tardif, c'est-à-dire lor...

Simples trous de mémoire ou maladie d'Alzheimer? Publié le 08/12/2014 - 09h24

Oublier un code, perdre ses clés, se tromper de couloir de métro, ne pas se rappeler un numéro de téléphone...… De tels troubles de la mémoire augmentent naturellement avec l'âge. Ils ne révèlent pas tous pour autant les prémices de la maladie d'Alzh...

Polypes intestinaux : quels symptômes ? Publié le 18/12/2014 - 11h21

Les polypes intestinaux sont de petites excroissances qui siègent dans le côlon . Ils sont le plus souvent bénins, mais pas toujours. Quels sont les symptômes des polypes intestinaux et quels sont les risques de complications ?

Plus d'articles