• rating
    • rating
    • rating
    • rating
    • rating
    6 avis
  • Témoignages (0)

Flore intestinale : une nouvelle bactérie contre l'obésité et le diabète

Flore intestinale : une nouvelle bactérie contre l'obésité et le diabète

Une équipe de chercheurs belges vient de découvrir une nouvelle bactérie prometteuse dans la prévention de l'obésité et du diabète. Une étude qui vient confirmer le lien entre les microbes qui peuplent notre intestin et notre poids.

Flore intestinale, la clé d’un traitement contre le diabète et obésité ?

Plus de 500 espèces de bactéries peuplent nos intestins, formant ainsi la flore intestinale. Clés du système digestif et de notre immunité, leurs fonctions sont multiples et complexes et font l'objet de toute l'attention des scientifiques qui s'intéressent notamment aux relations entre flore intestinale et surpoids. Tout récemment, une équipe de chercheurs belges (4) vient de découvrir les propriétés particulières de l'une de ces bactéries. Un formidable espoir pour prévenir l'obésité et le diabète ?

Un type de bactéries en carence chez les obèses
La bactérie akkermansia muciniphila, qui vit surtout dans le mucus qui recouvre la paroi de nos intestins, permettrait de lutter contre le diabète et l’obésité. Habituellement elle représente 3 à 5% des bactéries de nos intestins mais les chercheurs ont découvert qu'elle était nettement moins présente chez les hommes et les souris obèses. Il semble que cette bactérie joue sur la fonction barrière de l’intestin pour diminuer le stockage des graisses (c’est-à-dire l’obésité) et l’inflammation qui favorise le diabète. De l’avis des auteurs, c’est une nouvelle piste particulièrement intéressante pour un traitement futur…

Rééquilibrer la flore intestinale des souris leur a fait perdre du poids et secréter plus d'insuline
Constatant ces carences, les chercheurs ont eu l'idée d'administer aux souris obèses, les bactéries qui leur manquaient tout en accompagnant leur régime de prébiotiques, les nutriments favorables au développement des bactéries. Les résultats sont très encourageants puisque l'écosystème intestinal a été rétabli et que les souris ont perdu du poids et ont secrété plus d'insuline, l'hormone en carence chez les diabétiques. 

Une association claire entre flore intestinale et obésité

Cette découverte confirment les dernières recherches qui font le lien entre flore intestinale et surpoids. Les chercheurs vont aujourd'hui très loin dans la connaissance des bactéries intestinales.

Question d'équilibre entre les bactéries
Il ne s'agit plus (seulement) de déterminer quelles bactéries sont présentes ou de les compter, mais d'étudier l'équilibre entre elles. Une très récente étude (1) a ainsi comparé la composition de la flore intestinale d'enfants obèses et d'enfants minces. Ils ont ainsi pu déterminer que les enfants obèses ont une proportion élevée de certaines bactéries, les firmicutes, par rapport à une autre, les bacteroides. Parallèlement, des chercheurs français (2) ont montré que plusieurs souches de lactobacilles, quand elles sont présentes en grand nombre, sont souvent liées à l'obésité.

Obésité mais aussi diabète, stéatose hépatique...
Enfin, il apparaît selon plusieurs études (3) que la flore intestinale n'influence pas seulement l'obésité elle-même, mais aussi d'autres maladies qui y sont liées, comme le diabète ou la stéatose hépatique (maladie qui entraîne une accumulation de graisse dans le foie).

Article publié par le 14/05/2013

Sources : (1) Bervoets, L. Et al., Gut Pathog, avril 2013 - (2) Million, M. Et al., Internationa Journal of Obesity, mars 2013 - (3) Delzenne, NM et al., British Journal of Nutrition, janvier 2013 - (4) Everard, A., PNAS, mai 2013 (doi: 10.1073/pnas.121945111).

Trouvez-vous cet article intéressant ?
 

en savoir plus

Index ArchivesIndex alphabétiqueIndex des recettesIndex top recherche
Les services