Fin de vie : connaissez-vous les déclarations anticipées ?

Publié par Marion Garteiser, journaliste santé le 03/01/2018 - 12h21
-A +A

Comment s’assurer qu’en cas d’accident ou de maladie, si nous ne sommes plus capables de nous exprimer, les soins qui nous seront prodigués seront conformes à nos souhaits ?
La planification anticipée de soins est là pour cela.

PUB

La planification anticipée des soins, c’est quoi ?

Il s’agit de remplir ce que l’on appelle des déclarations anticipées, des documents qui précisent nos souhaits en matière de soins de santé. La plus connue, c’est peut-être la déclaration anticipée relative à l’euthanasie, qui est en fait une demande d’euthanasie « au cas où » certaines conditions seraient réunies et que l’on serait inconscient ou pas en état de communiquer ses volontés. Mais il existe aussi d’autres documents :

  • La déclaration anticipée négative, qui demande que l’on s’abstienne de certains traitements (antibiotiques, réanimation et autres).
  • La déclaration anticipée relative aux dernières volontés quant aux obsèques, qui concerne les mesures à prendre après le décès.
  • La déclaration relative au don d’organes, qui permet de dire si l’on souhaite ou si au contraire on refuse le don de nos organes.
  • Enfin, la déclaration relative au don de son corps à la science (attention, il faut recueillir l’avis de l’institution à laquelle on souhaite donner son corps avant de remplir cette déclaration).

Des modes d’emploi spécifiques

Il faut être bien conscient que ces déclarations peuvent être modifiées ou revues à tout moment si vous priorités changent. Elles ne seront par ailleurs utilisées que si vous n’êtes pas en état de vous exprimer.

Chacune de ces déclarations se fera selon des modalités spécifiques. Certaines exigent des signataires en dehors des malades, d’autres non ; la déclaration relative à l’euthanasie doit être signée par un médecin ; certaines sont « à vie », d’autres doivent être réactualisées régulièrement : etc. Vous trouverez à cette adresse non seulement les formulaires en question, mais aussi des instructions pour bien les remplir.

Publié par Marion Garteiser, journaliste santé le 03/01/2018 - 12h21
Notez cet article
PUB