La fibrillation auriculaire expliquée en vidéo

Vidéo publiée le 19/08/2010 - 16h57 et mise à jour par Blausen (Collectif) le 22/11/2010 - 14h35
-A +A

PUB

Le cœur est un muscle qui se contracte selon un rythme régulier pendant toute la durée de notre vie. Chaque battement est stimulé par un signal électrique généré par le système de conduction du cœur. Un cœur normal bat 60 à 100 fois par minute. Parfois, suite à un problème au niveau du système de conduction, le cœur bat trop rapidement, trop lentement, ou encore de manière anarchique et irrégulière. Un examen dénommé électrocardiogramme, ou ECG, permet de mesurer et d'enregistrer l'activité électrique du cœur.

Chez les personnes dont le rythme cardiaque est normal, le signal électrique emprunte un trajet spécifique à travers le cœur. Le signal électrique démarre normalement dans le nœud sinusal de Keith et Flack, ou nœud sino-auriculaire (SA), situé dans l'oreillette droite, excitant les fibres musculaires sur son passage. Le nœud sino-auriculaire déclenche la contraction des oreillettes, ce qui provoque le passage du sang dans les ventricules. Le signal électrique se propage ensuite à travers le nœud d'Aschoff-Tawara, ou nœud auriculo-ventriculaire (AV), pour atteindre enfin les ventricules. Ce signal déclenche alors la contraction des ventricules, activant la pompe cardiaque pour envoyer le sang dans les poumons et dans le corps.

La fibrillation auriculaire est un type d'arythmie, ou d'anomalie du rythme cardiaque, provoquée par des signaux électriques désorganisés provenant des oreillettes. Cette perturbation du rythme cardiaque porte atteinte à l'orchestration des contractions normales, coordonnées entre les oreillettes et les ventricules, compromettant la capacité du cœur à envoyer efficacement le sang dans le corps.

Chez les personnes atteintes de fibrillation auriculaire, l'activité électrique du nœud sino-auriculaire est désorganisée et très rapide, ce qui provoque une contraction anarchique des oreillettes. Ces contractions irrégulières ne permettent pas de remplir correctement les ventricules avec le sang, ce qui entraîne aussi une irrégularité des contractions ventriculaires. La fréquence cardiaque peut atteindre jusqu'à 100 à 175 battements par minute ou plus.

La fibrillation auriculaire peut provoquer un évanouissement, une sensation de faiblesse, et conduire à la formation de caillots de sang ou à d'autres complications. Cette pathologie se traite par médication ou chirurgie. Chez certains patients, la pose d'un pacemaker (stimulateur cardiaque) s'avère nécessaire afin de réguler le rythme cardiaque.

Vidéo initialement mise en ligne le 19/08/2010 - 16h57 et mise à jour par Blausen (Collectif) le 22/11/2010 - 14h35
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB