Fertilité masculine : bientôt un test à domicile

Publié par Isabelle Eustache, adapté par G. Leroy, journaliste santé le 10/01/2006 - 00h00
-A +A

Pourquoi bébé ne vient-il pas ? A qui la responsabilité ? Dans 40% des cas d'infertilité, l'anomalie est masculine. Un kit pour apprécier la fertilité du sperme vient d'être mis au point. Son originalité par rapport au spermogramme est qu'il se réalise à domicile, en toute intimité, loin des laboratoires d'analyses médicales...

PUB

Près d'un couple sur six rencontre des difficultés à concevoir un enfant. La première chose à faire après une longue attente infructueuse est de consulter afin de trouver la cause de cette infertilité. La responsabilité de l'homme étant présente dans 40% des cas et l'appréciation de la fertilité masculine étant la plus facile à vérifier, on recommande généralement de débuter les explorations par la réalisation d'un spermogramme (évaluation de la concentration en spermatozoïdes du sperme). Cet examen classique se réalise en laboratoire d'analyses médicales et débute par le recueil, sur place, d'un échantillon de sperme … Une procédure qui fait reculer bon nombre d'hommes.Toutefois, des scientifiques britanniques viennent de mettre au point un test grand public à réaliser à domicile. Ce kit permet de détecter précocement les anomalies des spermatozoïdes, précisément par une approche qualitative du nombre de spermatozoïdes mobiles. Il serait d'une très grande efficacité, avec une précision de 95%.Après avoir déposé du sperme dans le conteneur prévu à cet effet, il suffit de presser un bouton pour libérer une colonne de mucus artificiel (mimant le mucus du col de l'utérus) et d'enclencher le réchauffement du dispositif à 37°C. Seuls les spermatozoïdes actifs sont capables de traverser le mucus et d'être détectés, 30 minutes plus tard, à l'autre extrémité de la colonne par une réaction antigène-anticorps. Au final, une ligne rouge apparaît, indiquant une concentration au moins égale à 10 millions de spermatozoïdes par millilitre. En pratique, sans vouloir remplacer le spermogramme, ce test devrait permettre aux couples souhaitant un enfant de consulter dans les meilleurs délais. En effet, ils sont généralement invités à essayer de concevoir un enfant pendant douze mois avant de recourir à des conseils médicaux. Avec ce kit, il peut être plus facile de juger de l'urgence à consulter un médecin et de contourner, au moins temporairement, certaines résistances masculines. Toutefois, attention, les hommes chez qui le test se révèle négatif ne sont pas forcément stériles, et ceux pour lesquels il est positif ne sont pas nécessairement fertiles. D'autres facteurs entrent en ligne de compte, notamment la forme des spermatozoïdes, la taille de la tête et de la queue, sans compter les facteurs spécifiquement féminins.Dénommé Fertell® (Emma Ross), ce test est disponible aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne depuis le 1er janvier 2006.

Publié par Isabelle Eustache, adapté par G. Leroy, journaliste santé le 10/01/2006 - 00h00 Bjorndahl L. et coll., Human Reproduction, 21 : 145-149, 2005.
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Abstinence et qualité du sperme Mis à jour le 05/08/2003 - 00h00

L'abstinence sexuelle pendant quelques jours à une semaine précédant la conception est généralement conseillée aux hommes pour améliorer la qualité du sperme. Aujourd'hui, une étude israélienne tend à prouver l'inverse.

Achat de sperme en ligne Mis à jour le 02/09/2003 - 00h00

Le premier bébé concu à partir de sperme commandé sur l'Internet vient d'être mis au monde en Grande-Bretagne. Une étonnante pratique de " sperme on line " présentant des risques sanitaires et éthiques.

L'acupuncture au secours de l'infertilité masculine Mis à jour le 16/08/2005 - 00h00

Cinq semaines d'acupuncture ont réduit la quantité de sperme anormal et augmenté celle de sperme normal dans un groupe d'hommes ayant des problèmes d'infertilité. Cette discipline médicale chinoise pourrait désormais compléter les traitements traditi...

Plus d'articles