Les femmes plus vulnérables aux effets de l’alcool que les hommes

Mise à jour par Hélène Joubert, journaliste santé le 13/12/2016 - 15h55
-A +A

Plus vulnérables aux effets de l’alcool que l’homme, les femmes en paient le prix fort alors même qu’elles sont plus susceptibles de développer un sentiment de honte ou de culpabilité qui les empêche de demander de l’aide.

Hommes ou femmes, quelles différences vis-à-vis de l'alcool ?

PUB

Les effets de l’alcool plus forts chez la femme

10% des Belges, et 1,9% des femmes belges entre 18 et 64 ans, ont un problème avec l’alcool. Globalement, la consommation d’alcool (éthanol) à risque est deux à trois fois moins fréquente chez les femmes que chez les hommes. Pour autant, celles-ci réagissent plus vite et plus intensément aux effets de l'alcool.

Parce que le poids et la corpulence (poids/taille) jouent sur la vitesse d’alcoolisation, elles sont en moyenne 20 à 30 % plus saoules que les hommes pour une même quantité d'alcool. Néanmoins, il n’y a pas de différences concernant l’effet psychotrope/psychologique de l’alcool (euphorie et désinhibition, voire agressivité etc.).

Alcool : des répercussions typiquement féminines

En cas de consommation excessive d’alcool, les dommages causés au foie apparaissent plus rapidement chez les femmes, et sont donc plus graves.

Le foie de la femme est plus fragile, notamment vis-à-vis de l’alcool (a fortiori s’il existe des antécédents d’hépatite C, B ou A). Elle sera plus vulnérable à l’hépatite alcoolique (lésion du foie secondaire à une intoxication chronique par l’alcool), à la stéatose hépatique (stockage de graisse dans le foie), à la fibrose hépatique (transformation fibreuse de certains tissus) et à la cirrhose. Par exemple, une cirrhose du foie chez une femme peut se développer en 4 à 5 ans, contre 10 à 15 ans chez un homme.

Par ailleurs, l’alcool modifie l’équilibre hormonal. Un abus peut donc entraîner un dérèglement du cycle menstruel accompagné de pertes de sang d'origine utérine plus ou moins importantes survenant en dehors de la période des règles (métrorragies).

Des études relient l'alcoolisme et le cancer du sein mais leur puissance n’est pas suffisante pour l’affirmer.

Par ailleurs, en cas d’abus d’alcool pendant la grossesse les risques de fausse couche et d’accouchement prématuré sont plus élevés.

Pour le Dr Christine Joly, chef du service d’Addictologie et Alcoologie au CH de Valence, « Il y a des causes à l’addiction et en particulier à l’alcool. Dans 80% des cas, chez les personnes alcoolodépendantes il y a un vécu d’abandon avec, pour 60% d’entre eux, un traumatisme psychique dont, en tête, un antécédent d’abus sexuel. Or les victimes sont plus souvent des femmes ».

Initialement publié par Hélène Joubert, journaliste santé le 12/12/2016 - 11h58 et mis à jour par Hélène Joubert, journaliste santé le 13/12/2016 - 15h55

D’après des entretiens avec le Dr Christine Joly, chef du service d’Addictologie et Alcoologie au CH de Valence.

Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Avez-vous déjà songé à boire moins d'alcool ? Mis à jour le 06/04/2004 - 00h00

350.000 Belges sont alcooliques. Les conséquences de cette dépendance à l'alcool sont graves tant pour la santé physique et mentale que pour la vie sociale: une descente aux enfers qui peut être évitée.

L'alcool, source de malnutrition Mis à jour le 06/05/2002 - 00h00

La consommation d'alcool peut avoir un impact sur le statut nutritionnel d'un individu, tant par effet de substitution aux autres nutriments (en particulier une carence en apports de protéines) que par malabsorption de certains nutriments (notamment...

L'alcoolisme chez les femmes est fréquent Mis à jour le 23/03/2009 - 00h00

Si les troubles liés à l'alcool sont plus fréquents chez les hommes, les femmes sont plus fragile face à l'alcool, et le taux d'alcoolisme au féminin est en augmentation. Les deux sexes n'ont pas les mêmes habitudes par rapport à l'alcool, ni la même...

Plus d'articles