Les femmes, une douleur sous influence hormonale

Publié par Hélène Joubert, journaliste santé le 25/08/2015 - 16h58
-A +A

Hommes ou femmes, nous ne ressentons pas la douleur de la même façon selon notre sexe. La faute aux hormones féminines, confirment les recherches les plus récentes.

PUB

Vis-à-vis de la douleur, la femme n’est pas un homme comme les autres

Face à la douleur, hommes et femmes ne sont pas sur un pied d’égalité. Dans la fibromyalgie par exemple, on trouve quatre à six femmes pour un homme. Elles sont aussi deux à trois fois plus nombreuses à ressentir la douleur en général (céphalées, douleurs abdominales, arthrite rhumatoïde, douleurs d'origine musculosquelettique etc.). Or les raisons ne sont pas uniquement anatomiques (présence de l’appareil reproducteur, douleurs menstruelles…) mais aussi –et surtout- hormonales. En effet, les hormones sexuelles n’agissent pas uniquement sur la reproduction et les caractères sexués chez l’Homme, mais aussi sur le système nerveux central, le siège de la douleur. A ce stade des recherches, impossible d’accuser telle ou telle hormone d’accroître le ressenti douloureux chez la femme: l’équilibre entre testostérone-progestérone-estrogènes serait plutôt en cause, nuance l’un des spécialistes internationaux sur le sujet, le Pr Serge Marchand, neurophysiologiste au centre de recherche du Centre Hospitalier universitaire et à la Faculté de Médecine de Sherbrooke (Canada). « Ce qui est démontré aujourd’hui et ce que nous avons mis en évidence avec notre équipe, résume-t-il, c’est que la testostérone -chez la femme comme chez l’homme- permet de réduire l’effet de la douleur ».

Douillettes les femmes ? Plutôt sous le joug de leurs hormones !

A l’inverse de la testostérone, sorte de "bouclier antidouleur" à des niveaux élevés, des taux importants d’estrogènes et de progestérone réduiraient l’action positive de certains mécanismes endogènes (internes) de freinage chargés de limiter le ressenti de la douleur. Ces phénomènes dits de "contre-irritation" permettent de réduire la douleur sur l’ensemble du corps lorsque celle-ci est très forte à un endroit précis. « Cela expliquerait pourquoi, poursuit le chercheur, pendant les règles mais aussi juste avant et un peu après (période péri-menstruelle), les femmes ressentiraient plus fortement la douleur, du fait de taux supérieurs d’estrogènes et de progestérone ». Autre découverte récente, les hormones sexuelles influencent les zones du cortex cérébral qui gèrent l’analgésie (la réduction de la sensation de douleur) via la délivrance d’endorphines. Ces taux d’endorphines vont de ce fait baisser au cours du cycle menstruel (notamment pendant phase folliculaire, la première partie du cycle menstruel lorsque les taux de progestérone sont au plus bas et qu’il y a un pic d’estrogène) et s’avérer moins efficaces pour limiter le ressenti douloureux.

En pratique lors de la consultation médicale, il est utile de préciser au médecin si les douleurs sont augmentées pendant la période péri-menstruelle, ou à un moment du cycle ainsi que la prise de contraceptif et leurs effets sur la douleur ressentie. Cela le guidera dans la prise en charge. « Faire le lien entre les variations hormonales ou la prise de contraceptifs pourrait permettre au médecin de tenir compte des facteurs hormonaux et de tenter des ajustements pharmacologiques selon les symptômes de la patiente, ajoute-t-il, comme le changement de contraceptif, par exemple ».

Publié par Hélène Joubert, journaliste santé le 25/08/2015 - 16h58

(1) Pain 154, 515-524, 2013 ; (2) Pain 2013;154(4):515-524 ; (3) Pain 152, 2065-2073, 2011

Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Les femmes: plus sensibles à la douleur ? Mis à jour le 29/11/2005 - 00h00

Chez les femmes, le seuil de tolérance à la douleur est inférieur à celui des hommes. Ce phénomène vient d'être confirmé par des chercheurs montrant que les femmes possèdent un plus grand nombre de récepteurs cutanés, leur conférant une sensibilité a...

Congeler la tumeur pour soulager la douleur Mis à jour le 07/06/2005 - 00h00

La cryoablation ne guérit pas le cancer, mais permet toutefois de soulager les douleurs insupportables qu'endurent les patients cancéreux en phase terminale quand les traitements traditionnels ne font plus d'effet.

Sexualité : quand les médicaments s’en mêlent Mis à jour le 22/07/2015 - 10h17

L’apparition de troubles sexuels avec un nouveau traitement prescrit n’est pas si rare. Car, parmi les médicaments courants pouvant interférer avec la sexualité se trouvent les antidépresseurs et certains antihypertenseurs… Pas d’inquiétude pour auta...

La douleur, parlons-en ! Mis à jour le 16/10/2007 - 00h00

Hommes et femmes ne sont pas égaux face à la douleur. En plus de douleurs spécifiques (règles, grossesse, accouchement), les femmes sont plus souvent sujettes aux douleurs en général. Quelle qu'en soit la cause, la prise en charge est indispensable.

Plus d'articles