Faut-il avoir peur de l'épisiotomie ?

Mise à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 17/05/2015 - 16h55
-A +A

L’épisiotomie lors de l’accouchement est souvent redoutée par les femmes. Il est vrai qu'elle n'est pas toujours une partie de plaisir… Pour autant, cette intervention est pratiquée dans le but de réduire les risques pour la mère et l’enfant. Il est intéressant pour les futures mères de mieux connaître l'épisiotomie...

PUB

Qu’est-ce que l’épisiotomie ?

L’épisiotomie est une intervention courante durant un accouchement. Elle consiste à inciser le périnée au niveau de la vulve pour éviter sa déchirure au moment du passage du bébé. Cette incision se fait vers l’arrière, et en diagonale afin d’éviter de se rapprocher de l’anus. Elle est généralement pratiquée au moment où la tête du bébé est visible.

L'épisiotomie n’est pas douloureuse à proprement parler : soit les contractions "masquent" la douleur due à l’incision, soit la future maman est déjà sous péridurale. Une anesthésie locale peut cependant être pratiquée si c'est nécessaire… Tout dépend du ressenti au moment venu. Après l’accouchement, l’incision est recousue sous anesthésie locale (lorsqu’il n’y a pas eu de péridurale). Trois à quatre points de suture suffisent.

 

L'épisiotomie, une intervention fréquente

L’épisiotomie est une intervention fréquente mais pas systématique. En Belgique, on estime qu’elle est pratiquée chez 70% des femmes lors d’un premier accouchement. Il existe sans doute des cas où l’épisiotomie pourrait être évitée mais ils sont minoritaires. La plupart du temps, l’épisiotomie est pratiquée pour la bonne cause, c’est-à-dire pour préserver la santé de la mère et de l’enfant ! Les situations suivantes justifient ainsi le recours à l’épisiotomie :

  • Un bébé en danger : si l’on constate que le rythme cardiaque du bébé diminue, ce qui indique une souffrance, il faut accélérer l’expulsion artificiellement en administrant de l’ocytocine. Le périnée n’a donc pas le temps de se distendre naturellement. Une épisiotomie est alors indispensable pour éviter le déchirement.
  • Le recours aux forceps : les accouchements sous péridurale sont aujourd’hui de plus en plus fréquents... Or, la péridurale diminue la sensation de poussées. Dans 7 à 8% des accouchements, les forceps sont donc utilisés pour tourner et extraire le bébé. L’épisiotomie est nécessaire pour cette manœuvre.
  • La mauvaise position du bébé : lors d’une présentation par le siège ou d’un mauvais infléchissement de la tête, l’épisiotomie sera souvent le seul moyen de faire place au bébé.
  • Les jumeaux : dans ce cas, difficile également de faire l’impasse sur l’épisiotomie...

Initialement publié par Julie Luong, journaliste santé le 05/06/2012 - 00h00 et mis à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 17/05/2015 - 16h55

Dr Isabelle Masson, gynécologue au CHR Citadelle de Liège

Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Episiotomie : pour ou contre ? Mis à jour le 06/07/2004 - 00h00

Lors de l'accouchement, l'épisiotomie est de plus en plus souvent pratiquée, voire systématique en cas de première naissance. Pourtant, les résultats d'une étude italienne laissent à penser que cette pratique n'apporterait pas les bénéfices attendus....

Accoucher sous péridurale : informations à connaître Publié le 10/03/2014 - 15h56

La péridurale, tout le monde connaît : c’est un piqûre faite au cours de l’accouchement pour que la mère ne souffre pas trop. Mais en quoi consiste une péridurale exactement ? Pourquoi est-elle si souvent utilisée ? Et quelles sont les différentes op...

Accoucher en maison de naissance Publié le 10/12/2015 - 12h23

En Belgique, il est possible d’accoucher en « maison de naissance », avec le soutien d’une sage-femme. Objectif : mettre votre bébé au monde le plus naturellement possible et éviter la surmédicalisation. Comment cela fonctionne-t-il et qui y a accès...

Plus d'articles