Les fausses couches du premier trimestre

Mise à jour le 08/03/2016 - 16h52
-A +A

Les fausses couches du premier trimestre surviennent en moyenne sur 15 % des grossesses. Leur fréquence est même sous-estimée car il est difficile de comptabiliser le nombre d'avortement très précoce survenant avant ou au moment des règle et passant ainsi inaperçu. Certaines études estiment ainsi jusqu'à 70 % les échecs d'implantation d'oeufs normalement fécondés. La survenue d'une fausse couche est donc un évènement fréquent pouvant toucher toutes les femmes sans qu'aucun trouble de la fertilité ne soit en jeu.

PUB

Comment reconnaître une fausse-couche ?

Quand survient-elle ?

Les fausses-couches sont plus fréquentes en tout début de grossesse, la majorité d'entre elles survenant avant 10 semaines de grossesse.

Elles deviennent exceptionnelles au-delà.

Les signes cliniques

La survenue d'un saignement est souvent le premier signe.

Cependant, la présence d'un saignement ne signifie pas obligatoirement que la grossesse évoluera mal. On estime effectivement qu'une grossesse sur quatre menée à terme peut saigner en début de grossesse.

Les saignements peuvent donc être le signe :

  • d'une fausse-couche complète (l'utérus ne contient plus aucun sac, ni embryon),
  • d'une fausse-couche en voie d'expulsion (la grossesse s'est arrêtée mais n'a pas été expulsée),
  • d'une menace de fausse-couche (l'échographie retrouve la présence d'un embryon viable malgré les saignements).

Parfois, le saignement peut être très abondant et d'autant plus si le terme est avancé. Une consultation en urgence est alors indispensable car un curetage en urgence est parfois indiqué. 

Une menace de fausse-couche ne justifie pas d'hospitalisation. La prescription de repos et d'antispasmodiques suffisent généralement. L'évolution vers une fausse-couche est heureusement moins fréquente qu'une évolution favorable.

Plus rarement, il arrive qu'aucun signe ne fasse suspecter une fausse-couche et seule l'échographie systématique du premier trimestre permet alors de découvrir que la grossesse est arrêtée.

L'expulsion spontanée

La fausse-couche est le plus souvent naturellement expulsée en même temps que survient le saignement.

Des douleurs ressemblant à des douleurs de règles ou des contractions utérines accompagnent souvent cette expulsion.

Parfois, surtout quand la fausse-couche survient un peu plus tard dans la grossesse, l'œuf n'est pas spontanément expulsé et l'échographie confirme la présence d'une grossesse arrêtée dans l'utérus. Trois attitudes peuvent alors être proposées.

  • La première consiste à attendre une expulsion naturelle si les conditions et le terme le permettent.
  • La deuxième consiste à provoquer les contractions utérines par un traitement médical à base de prostaglandine et induire ainsi l'expulsion naturelle de l'œuf. Ce traitement n'est proposé que si la taille du sac et de l'embryon le permettent.
  • Enfin, quand la grossesse est arrêtée à un stade tardif ou si la méthode médicamenteuse a échoué, une aspiration sera proposée. Elle se fait habituellement sous anesthésie générale au cours d'une hospitalisation de courte durée.

L'échographie est souvent indispensable : 

Elle permet d'abord d'éliminer une grossesse extra-utérine qui peut parfois se présenter sous la forme d'une fausse-couche.

Elle permet un diagnostic de certitude quand elle visualise l'absence de sac, l'absence de viabilité d'un embryon ou la présence d'un œuf clair (développement d'un sac de grossesse sans développement d'embryon).

Elle permet de rassurer la patiente lorsqu'elle montre une grossesse parfaitement évolutive.

Parfois, si la grossesse est de très petite taille, l'échographie doit être répétée 5 ou 7 jours plus tard car seule une échographie comparative pourra confirmer l'absence d'évolution de la grossesse.

Quelles sont les causes d'une fausse-couche ?

  • Les anomalies chromosomiques représentent une des causes les plus fréquentes. Souvent, il s'agit de grosses anomalies de l'œuf incompatibles avec un développement embryonnaire. Parfois, il s'agit d'anomalies plus modérées (trisomie 21 ou 18). On peut ainsi considérer la fausse-couche comme un processus naturel d'élimination des grossesses anormales.
  • Des anomalies utérines peuvent aussi être retrouvées (malformations utérines congénitales, fibromes, polypes ou adhérences gênant l'implantation de la grossesse).
  • Les causes infectieuses sont plus rares : certaines infections génitales ou encore la listériose ou la toxoplasmose peuvent ainsi être incriminées.
  • Certaines maladies maternelles comme un diabète déséquilibré ou les anomalies thyroïdiennes sont parfois en cause.
  • La consommation de tabac ou d'alcool peut favoriser un avortement.
  • Certaines maladies immunitaires peuvent également être responsables d'avortement par fabrication d'auto-anticorps.
  • Un dysfonctionnement du corps jaune de la grossesse et de la sécrétion de progestérone peut favoriser un avortement.
  • L'âge maternel est également en cause : les fausses-couches sont plus fréquentes après 40 ans.
  • Les traumatismes souvent incriminés ne sont qu'exceptionnellement en cause.

Initialement publié le 14/08/2001 - 02h00 et mis à jour le 08/03/2016 - 16h52
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Quels sont les signes annonciateurs d'une fausse couche ? Publié le 08/03/2017 - 16h25

La fausse couche correspond à un avortement spontané : la grossesse s'arrête de facon naturelle. Le plus souvent, aucune cause précise n'est identifiée. La fausse couche est un phénomène assez courant puisqu'elle survient après 10 à 20% des grossesse...

Fausse couche : c'est le stress ! Mis à jour le 14/03/2006 - 00h00

L'avortement spontané lors des trois premières semaines de la grossesse (fausse couche) est un événement fréquent que les experts peinent à expliquer. Il semblerait aujourd'hui qu'une grande partie des cas de fausse couche soit tout simplement due au...

Plus d'articles