Fatigue et perte de libido ? Et si c'était un syndrome d'apnées du sommeil ?

Mise à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 10/10/2017 - 11h10
-A +A

Fatigue, somnolence, ronflements, troubles de l'humeur, de la concentration mais aussi baisse de la libido et troubles érectiles sont des symptômes évocateurs d'un sérieux problème de santé : le syndrome d'apnées du sommeil.

Une fois diagnostiqué, le syndrome d'apnées du sommeil peut être traité, ce qui permet de retrouver la forme et une vie sexuelle normale.

PUB

La sexualité occupe une place primordiale dans la vie des hommes et des femmes. Toute défaillance physique ou psychologique dans ce domaine entraîne des répercussions conséquentes. Pourtant, même si on en parle de plus en plus, notamment depuis l'arrivée des médicaments contre les troubles de l'érection, ce sujet reste tabou.

Des troubles de la sexualité révélateurs d'autres problèmes de santé comme le syndrome d'apnées du sommeil

Or si parler de ses troubles sexuels à son médecin permet de trouver une solution efficace, cela peut aussi être l'occasion de découvrir certaines maladies sous-jacentes, notamment cardiovasculaires. Et dans ce domaine, les apnées du sommeil représentent l'une des maladies susceptibles de retentir sur la vie sexuelle, tant chez les hommes que chez les femmes.

Apnées du sommeil révélées par la fatigue, les ronflements et une sexualité en berne

Les apnées du sommeil se caractérisent par des arrêts respiratoires brefs qui se répètent au cours du sommeil. Cette affection se traduit souvent aussi par des ronflements. Il est fortement conseillé de diagnostiquer cette maladie et de la traiter car en entravant le sommeil, les conséquences de la fatigue et d'un manque de vigilance peuvent être dramatiques, notamment en augmentant le risque d'accidents domestiques, du travail et de la route, et cardiovascalaire.

Apnées du sommeil, le traitement contraignant mais efficace

Si le traitement des apnées du sommeil le plus classique et de première intention est contraignant, son principe est extrêmement simple. Il repose sur la pression positive continue, technique qui consiste à appliquer un masque sur le nez durant la nuit, lequel envoie de l'air sous pression afin de maintenir les voies aériennes supérieures ouvertes. Dans certains cas, on recourt à une prothèse dentaire d'avancée mandibulaire qui, portée la nuit permet aussi de maintenir les voies aériennes supérieures ouvertes.

La fréquence du syndrome d'apnées du sommeil augmente avec l'âge

Cette maladie est très fréquente mais très peu de personnes sont diagnostiquées et donc traitées. On estime que neuf malades sur dix ignorent en être atteints. La fréquence globale des apnées du sommeil augmente avec l'âge, notamment à partir de 40 ans et encore plus particulièrement chez les personnes en surpoids. Avant 60 ans, les hommes sont deux fois plus touchés que les femmes mais après, la fréquence devient identique pour les deux sexes.

Initialement publié par Isabelle Eustache le 09/01/2007 - 00h00 et mis à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 10/10/2017 - 11h10

Köseoolu, N. Journal of Sexual Medicine, 14 août 2006, XXI Congrès du Sommeil, du 16 au 18 novembre 2006 ; Communiqué de presse ResMed, 17 novembre 2006. - Petersen M. et al., J. Sex Med., 2011 Sep; 8 (9) :2560-8. doi: 10.1111/j.1743-6109.2011.02358.x.  - Parish J.M., J. Clin. Sleep Med., 2010 Jun 15;6(3):227-8

Notez cet article
PUB
A lire aussi
Apnées du sommeil : vers une approche personnalisée Mis à jour le 22/03/2017 - 15h02

6% des femmes et 13% des hommes d’âge moyen souffrent potentiellement d'un syndrome des apnées du sommeil, ces pauses respiratoires anormales pendant le sommeil. Au-delà des traitements actuels, les chercheurs cernent de mieux en mieux les différents...

Hypertension : et en plus vous ronflez ? Publié le 20/06/2014 - 15h47

Si vous êtes hypertendu(e) malgré votre traitement, il est probable que vous souffriez également d'un syndrome d'apnées du sommeil. En effet, hypertension et syndrome d'apnées du sommeil sont deux affections liées. Toutes deux doivent être dépistées...

Plus d'articles