De l'extase à l'ecstasy

Publié par Pierre Dewaele, journaliste médical et scientifique le 05/11/2002 - 00h00
-A +A

Les drogues et leur consommation constituent un véritable phénomène de société et posent des questions en termes de santé publique.

PUB

L'asbl Eurotox qui regroupe divers organismes s'intéressant aux usagers de drogues comme Infor-Drogues, par exemple, a mené une étude intitulée " usages et usagers de nouvelles drogues de synthèse ". Les résultats ont été publiés dans un livre " Ecstasy, pilules sans ordonnance ".

Face à face

Pour ce faire, les enquêteurs ont rencontré des usagers et des non-usagers de drogues. Puis il a fallu recruter un certain nombre de personnes représentatives des gens qui vont dans les dancings, les " rave ", les festivals… C'est en effet qu'on le veuille ou non, là que l'on trouve cette drogue assez facilement. Environ 400 personnes ont été recrutées.Premier constat, le consommateur d'ecstasy n'est pas celui qu'on croit. L'image véhiculée habituellement par les médias est celle d'un jeune sortant dans des mégadancings et écoutant de la techno. Cette image d'Epinal peut être oubliée. Selon l'enquête, le public est beaucoup plus large : il y a des jeunes, bien sûr mais aussi des adultes jusqu'à 36 ans !

Partout même à la maison

Par ailleurs, l'utilisation d'ecstasy ne se limite plus aux sorties en boîtes ou dans des " rave parties ". Le domicile est aussi un lieu privilégié ! Et si l'on demande aux usagers pourquoi ils en consomment, la raison principale est l'aspect festif lié à cette drogue. De plus, son coût a diminué en 10 ans d'un facteur 10 : de 22 à 2,5 euros par pilule.Mais le plus inquiétant est que 39% des personnes interrogées disent en consommer une fois par mois, 27,5 deux à trois fois, et une personne interrogée sur 20 en consomme tous les jours.Il ne faudrait pas pour autant dresser un portrait trop négatif du consommateur.

En revanche une véritable campagne de prévention semble indispensable. Ceci passera par une information basique sur ces nouveaux produits et leurs dangers immédiats et à long terme.
Publié par Pierre Dewaele, journaliste médical et scientifique le 05/11/2002 - 00h00 Ministère wallon de la Santé Publique.
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Cannabis : la préférée des Belges Mis à jour le 01/04/2002 - 00h00

Le rapport 2001 de l'Institut de la Santé Publique sur les drogues, le Belgian National Report on Drugs 2001, vient de paraître. La situation devient de plus en plus préoccupante puisque la consommation de drogues illicites est de plus en plus import...

L'Union Européenne soutient les actions anti-drogues Mis à jour le 12/04/2010 - 00h00

L'Union européenne a lancé en 2009 un plan d'action anti-drogue qui doit durer trois ans. Le but est d'apporter une réponse au problème des drogues , mais en donnant l'initiative aux particuliers, aux associations et même aux entreprises plutôt qu'en...

Drogue: la révélation du test urinaire Mis à jour le 24/02/2004 - 00h00

8% des jeunes consomment de la drogue au moins une fois par semaine. Les parents sont souvent catastrophés quand ils soupconnent que leur enfant se drogue. Un simple test urinaire peut constituer un moyen de contrôle.

Cannabis : jouons la transparence Mis à jour le 10/12/2001 - 00h00

Ne diabolisons pas systématiquement le cannabis, sinon comment faire passer le message que d'autres drogues, comme l'ecstasy, sont autrement bien plus dangereuses.

Plus d'articles