L'exercice physique modéré : un excellent anti-cholestérol

Mise à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 27/10/2017 - 10h26
-A +A

Indépendamment de la perte de poids, l'exercice physique permet, à lui seul, de réduire le taux de mauvais cholestérol (LDL cholestérol) et donc les risques de maladie cardiovasculaire. De plus, la quantité d'exercice physique semble bien plus importante que l'intensité de cette activité.

PUB

Quels liens entre cholestérol et activité physique ?

Afin de relier taux de cholestérl et activité physique, une étude  ne s'est pas contentée  de mesurer le taux de cholestérol sanguin, mais celui des molécules qui transportent le cholestérol dans la circulation sanguine (1). Les chercheurs se sont donc intéressés aux lipoprotéines. Le cholestérol est un lipide qui utilise la circulation sanguine afin d'aller alimenter les différents tissus. Lorsqu'il circule dans le sang, le cholestérol se fixe sur des protéines de transport. La combinaison cholestérol-protéine de transport est ainsi appelée lipoprotéine.

C'est en analysant précisément les taux de ces lipoprotéines et leur taille, chez plus d'une centaine de patients en surpoids et n'ayant pas changé leur alimentation durant plus de 8 mois, que les auteurs constatent un net bénéfice de l'exercice physique. De plus, leurs données suggèrent que si l'intensité de l'exercice joue un rôle favorable, la quantité est bien plus importante pour diminuer le risque cardiovasculaire.

La répartition des sujets selon leur degré d'activité montre clairement l'effet catastrophique de l'absence de pratique physique sur le taux de cholestérol, surtout le mauvais cholestérol (LDL cholestérol) et donc sur le risque cardiaque et cardiovasculaire.

5% de LDL cholestérol en moins grâce à l'activité physique

La raison pour laquelle l’activité physique modérée réduit le taux de LDL cholestérol n’est pas encore identifiée de façon précise. Il semble que ce soit essentiellement une activation du catabolisme du LDL cholestérol (dégradation des molécules de mauvais cholestérol). C’est probablement aussi un mécanisme multifactoriel avec une modification des phénomènes inflammatoires, une réduction de la masse grasse et une amélioration de l’insulino-résistance (les tissus et les cellules répondent moins bien à l’insuline, c’est l’une des causes du diabète de type 2).

Une étude d’octobre 2015 (2) a même vérifié cet effet bénéfique d’un programme d’activités physiques modérées  non plus chez des personnes non malades en surpoids comme dans l’étude précédente mais ayant une maladie vasculaire périphérique déjà installée (le dépôt d'athérosclérose dans les artères des membres inférieurs principalement). Les taux de cholestérol total et de triglycérides ont baissé de façon significative, suffisamment pour faire régresser la maladie artérielle et pour épargnerla chirurgie à certains.

Pr Éric Bruckert, chef du service d’Endocrinologie-Métabolisme (Hôpital La Pitié Salpêtrière, Paris) : « Le lien entre mauvais cholestérol ( cholestérol LDL) et activité physique est désormais bien connu. Globalement, l’effet de l’activité physique modérée est d’induire une baisse d’environ 5% du taux de cholestérol LDL et une diminution des triglycérides qui elle, varie en fonction du taux de base des personnes.

En revanche, l’activité physique modérée impacte de façon très limitée le « bon cholestérol », le cholestérol HDL. Seules les personnes qui pratiquent une activité physique intensive (marathons etc.) ou celles qui souffrent d’une hypertriglycéridémie (avec une activité physique modérée) pourront voir remonter leur taux de HDL cholestérol. »

En conclusion : l'activité physique même modérée est bénéfique

  • C'est la quantité d'exercice physique et non l'intensité qui compte pour limiter le risque cardiovasculaire.
  • Inutile de se focaliser sur la balance, même sans perdre de poids, l'activité physique réduit le taux de LDL cholestérol.
Initialement publié par Dr Philippe Burton le 26/11/2002 - 00h00 et mis à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 27/10/2017 - 10h26

Kraus W.E. et coll., Effects of the amount and intensity of exercise on plasma lipoproteins, New England Journal of Medecine, 347 ( 19) : 1483-92, 7 novembre 2002 .

Notez cet article
PUB
A lire aussi
Du bon cholestérol synthétique? Mis à jour le 11/05/2009 - 00h00

Quand on parle de cholestérol, les niveaux de "bon" cholestérol, appelé HDL, sont au moins aussi important que les niveaux de "mauvais" cholestérol, ou LDL. Des scientifiques américains viennent de mettre au point du HDL synthétique. Une voie vers un...

Les collations abaissent le cholestérol Mis à jour le 27/12/2001 - 00h00

Les personnes ayant des prises alimentaires fréquentes ont des taux inférieurs de cholestérol. Il s'agit du résultat d'une étude menée auprès de la population générale. Ainsi, certes ce que l'on mange est important, mais il faut également tenir compt...

Plus d'articles