Erreurs médicales : le rôle des parents est déterminant !

Mise à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 12/10/2017 - 12h41
-A +A

Les erreurs médicales, malheureusement, arrivent. Les médecins ne sont qu’humains et ils ne peuvent donc pas être parfaits tout le temps. Face à ce risque, il semble que nous ayons notre rôle à jouer…

PUB

En pédiatrie, les erreurs médicales souvent repérées par les parents

Comment rendre les hôpitaux plus sûrs ? En ce qui concerne la pédiatrie en tout cas, les parents semblent avoir leur rôle à jouer. En effet, selon une étude américaine à peu près 10% des parents repèrent des erreurs médicales au cours de l’hospitalisation de leur enfant. Les chercheurs ont ensuite vérifié auprès de deux médecins à quoi correspondaient les incidents rapportés. Et 62% des événements rapportés étaient effectivement des erreurs médicales. 24% des incidents étaient plutôt des problèmes de qualité des soins, et les 14% restants n’étaient pas, aux yeux des médecins, de vrais problèmes.

La moitié des erreurs signalées, toujours selon les chercheurs, avaient causé du tort aux enfants et auraient pu être évitées. Les enfants qui avaient subi ces erreurs semblaient avoir besoin de rester plus longtemps à l’hôpital. L’étude n’ayant porté que sur un faible nombre d’enfants, on ne peut cependant pas en tirer de leçons aussi approfondies.

Les erreurs rapportées par les chercheurs vont d’infections non soignées à un délai excessif pour repérer qu’un objet avait été laissé après une opération chirurgicale. Plus généralement, les parents désignaient des problèmes de communication dans l’équipe comme principales causes d’erreurs médicales : une information qui se perd au changement d’équipe, une ligne notée dans le dossier du mauvais patient…

Parents et patients : un rôle clé dans la sécurité médicale

L’importance pour les patients (et leurs proches) d’être attentifs aux soins donnés pour repérer d'éventuelles erreurs médicales, et d’être assez confiants pour en parler avec les équipes soignantes, est bien connue. Cette étude ne fait que mesurer ces éléments de façon objective.

Les auteurs attirent aussi l’attention sur le fait qu’ils ont principalement recueilli les témoignages de parents qui parlaient la même langue que les médecins, et qui étaient éduqués. On peut imaginer que les enfants de milieux défavorisés, dont les parents sont moins à l’aise pour communiquer avec les soignants, sont particulièrement à risque.

Au-delà de ces interrogations, le rôle précieux des parents est cependant validé par les statistiques, et l’importance de prendre en compte sérieusement leurs inquiétudes aussi.
Si vous avez un doute, n’hésitez pas à en parler avec l’équipe médicale !

Initialement publié par Marion Garteiser, journaliste santé le 29/03/2016 - 15h19 et mis à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 12/10/2017 - 12h41

http://archpedi.jamanetwork.com/article.aspx?articleid=2498405&resultClick=24

Notez cet article
PUB
A lire aussi
Patients : vos droits et vos devoirs Mis à jour le 15/10/2002 - 00h00

La fédération belge contre le cancer vient d'organiser une conférence sur les droits auxquels nous pouvons prétendre en tant que patients. Bien sûr, il fut aussi question de nos devoirs…

Papa âgé, risque d'enfant schizophrène... Mis à jour le 23/11/2004 - 00h00

Plus un homme est âgé lorsqu'il concoit un enfant, plus le risque de schizophrénie pour l'enfant augmente. Formulée en 2001, cette association vient d'être vérifiée par une étude de grande envergure.

Plus d'articles